Tribune : face au fléau du tabac, le principe de précaution ne devrait pas conduire à s’opposer à la vape

publié le  |  Imprimer

Dans une tribune au Monde, des professionnels de l’addictologie — dont Jean-Michel Delile, président, et Jean-Pierre Couteron, porte-parole de la Fédération Addiction, défendent l’utilisation du vapotage comme nouvelle approche de réduction des risques auprès des patients fumeurs.

Dans un récent avis sur le vapotage, le Haut Conseil de santé publique refuse de recommander l’usage du vapotage contre l’addiction au tabac « en raison du manque de recul sur les conséquences prolongées de ce nouveau dispositif ». Il invoque un « manque de recul sur les conséquences prolongées de ce nouveau dispositif ».

👉 Lire le commentaire de la Fédération Addiction sur l’avis du HCSP sur le vapotage

Photo de Nery Zarate sur Unsplash

Pour Sébastien Couraud, pneumologue, et Benjamin Rolland, professeur d’addictologie, rejoint par des professionnels de l’addictologie dont Jean-Michel Delile, président, et Jean-Pierre Couteron, porte-parole de la Fédération Addiction, cette invocation du principe de précaution n’est pas tenable :

« les risques et conséquences théoriques au long cours de la cigarette électronique sont infiniment moindres que les risques et conséquences de laisser la population exposée à l’usage de tabac et ses conséquences dramatiques. »

Pour eux, « Les médecins, mais aussi tous les soignants impliqués dans la prise en charge de l’addiction au tabac devraient recommander l’utilisation de » la vape comme « nouvelle approche de réduction des risques auprès des patients ».

📰 Lire la tribune dans Le Monde