Le coût social des drogues en France


Note de synthèse, OFDT, 10 p.
Date de parution : Septembre 2015
Auteur : Pierre Kopp
Editeur : OFDT

>> Consultez la note de synthèse sur le site de l’OFDT

Cette note publiée par l’OFDT et rédigée par Pierre Kopp restitue les principaux résultats de l’évaluation du coût social des substances licites (alcool et tabac) et illicites en France, c’est-à-dire le poids économique de ce problème social pour la collectivité. L’étude a été subventionnée par la Direction Générale de la Santé, pilotée par l’OFDT et confiée fin 2013 à Pierre Kopp, professeur à l’université Paris 1 et chercheur au centre d’Economie de la Sorbonne et à la Paris School of Economics.

Deux types d’éléments sont pris en compte pour calculer le coût social :
– Le coût externe, constitué des coûts frappant les acteurs du marché des drogues (valeur des vies humaines perdues, perte de qualité de vie) et des coûts affectant les acteurs extérieurs au marché des drogues (pertes de production des entreprises et des administrations)
– Le coût pour les finances publiques, constitué par la différence entre les dépenses de prévention, répression et soins et les recettes des taxes sur l’alcool et le tabac ainsi que les économies de dépenses en lien avec les retraites non versées.

Le « coût social » de l’alcool est égal à 120 milliards d’euros. Celui du tabac est également d’un montant de 120 milliards d’euros. Le coût social en lien avec les drogues illicites  s’établit à 8,8 milliards d’euros.

Le coût externe constitue l’essentiel du coût social pour chaque substance ou groupe de drogues : il en représente 95 % pour l’alcool, 85 % pour le tabac et 68 % pour les drogues illicites.
Le coût des drogues pour les finances publiques représente 1,1 % du PIB. L’Etat doit chaque année payer respectivement pour l’alcool, le tabac et les drogues illicites, 4,9 milliards, 14 milliards et 2,4 milliards d’euros.