« Dry January » à la Française : Dérobade de l’État mais mobilisation des associations !

publié le  |  Imprimer

Communiqué du 20 novembre 2019

Relayée par les associations, dont la Fédération Addiction, lors des années précédentes, l’édition 2020 du « Dry January » à la Française devait être portée par Santé publique France, comme l’avait annoncé le Président de la MILDECA, lors de notre congrès en juin 2019.

Et bien c’est raté : les associations se retrouveront encore seules pour expliquer et porter cette opération de prévention dynamique et innovante .

Confondue par les uns avec le Mois Sans Tabac, au risque d’accentuer les craintes d’imposer une « abstinence générale » ; critiquée par d’autres qui nient les bénéfices de ce défi collectif proposant de faire l’expérience d’une simple PAUSE des consommations, l’opération envisagée restera une année de plus dans les tiroirs des pouvoirs publics. Les problèmes liés aux alcoolisations massives des jeunes ou les 40 000 morts prématurées liées à l’alcool méritaient autre chose qu’une dérobade.

L’incapacité à ouvrir un dialogue, comme c’est le cas dans d’autres pays, associant les acteurs concernés, simples consommateurs de boissons alcoolisées, malades et anciens malades, professionnels de santé, ou acteurs économiques, aura conduit à un triste immobilisme dont la santé des français-es continuera de pâtir.

La Fédération Addiction condamne l’absence d’une concertation organisée, cela a favorisé l’influence de lobbys qui ont conduit à cet abandon. Il serait temps de réapprendre à se parler, sans diabolisation partisane ou petites lâchetés politiciennes qui produisent de l’inertie. L’immobilité reste une spécialité française alors que dans une société qui promeut toujours plus une consommation sans limites, la question essentielle d’une évolution de nos politiques de régulation des substances addictives se pose avec toujours plus d’acuité, qu’il s’agisse de tabac, d’alcool ou de cannabis…

La Fédération Addiction appelle à promouvoir une politique de santé publique basée sur la régulation, associant prévention, réduction des risques et des dommages, stratégies d’Intervention Précoce, renforcement de l’offre de soins et mesures structurelles réglementaires pour garantir un environnement protecteur (marketing, accessibilité, prix).

Nous avions espéré « faire une pause en Janvier » avec le soutien des pouvoirs publics, nous inviterons quoi qu’il en soit la population à s’y essayer et s’y engager, nous mobiliserons une nouvelle fois nos plus de 200 associations, sur tout le territoire métropolitain et ultra-marin, pour une édition 2020 « associative » et dynamique.

Puisque les pouvoirs publics se désengagent, nous allons faire avec les moyens du bord et nos associations et leurs partenaires vont relever le défi du Dry January !

A très bientôt : @fr_dry sur Twitter !

Contact

Nathalie LATOUR
Déléguée Générale – Fédération Addiction
n.latour@federationaddiction.fr – 06.12.21.07.25

Revue de presse