international

Au Québec, la prévention des surdoses passe par le communautaire : rencontre avec le programme PROFAN 2.0

publié le  |  Imprimer

L’Amérique du Nord est une région particulièrement touchée par la question des surdoses. Au Québec, le programme PROFAN propose des formations gratuites sur la prévention des surdoses, avec une forte dimension communautaire. Nous avons rencontré Barbara Rivard et Camille Sabella-Garnier qui s’occupent du programme.

Barbara Rivard est paire-formatrice et agente de soutien au développement employée par Méta d’Âme pour le programme PROFAN 2.0 depuis septembre 2021. Camille Sabella-Garnier est intervenante formatrice et organisatrice communautaire employée par l’Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ), elle travaille comme intervenante de proximité à Cactus Montréal au site de consommation supervisée depuis décembre 2017.

Pourriez-vous nous présenter votre structure ?

Barbara et Camille : Le programme de formation provincial PROFAN 2.0 (Prévenir et réduire les overdoses – Former et accéder à la naloxone) est offert par Méta d’Âme (une association de pairs pour les personnes utilisant ou ayant utilisé des opioïdes) et l’Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ). Il s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale pour prévenir les surdoses d’opioïdes et y répondre, visant à donner à toutes et à tous le pouvoir d’agir en matière de prévention et de réduction des surdoses d’opioïdes.

Camille Sabella-Garnier (gauche) et Barbara Rivard (droite)

Quelles sont les particularités de la situation au Québec ?

Depuis mars 2020, avec la pandémie, le taux de surdoses au Québec a considérablement augmenté. Suite à la fermeture des frontières, les réseaux de ventes de drogues de rue ont dû mettre en place des laboratoires clandestins pour y fabriquer des molécules synthétiques, dont le fentanyl et plusieurs de ses analogues. Que ce soit par contamination croisée, ou volontairement, plusieurs substances ont été contaminées par ces nouvelles molécules, causant ainsi plusieurs surdoses et décès par surdose.

Au niveau de la prévention, plusieurs sites de consommation supervisée sont accessibles à travers le Québec. De plus, depuis 2018, toutes les pharmacies ont l’obligation de fournir gratuitement des trousses de Naloxone et c’est aussi le cas de plusieurs organismes œuvrant en réduction des méfaits.

Quelles sont les atouts du programme PROFAN ?

Dans le cadre du programme PROFAN 2.0, nous nous déplaçons dans toute la province afin de former gratuitement les milieux communautaires et les usagers et leurs proches pour la prévention et la prise en charge des surdoses.

Il y a beaucoup d’offres de formation au Québec mais notre programme se distingue par l’« Effet PROFAN » : nous combinons le savoir expérientiel et le savoir clinique des membres de l’équipe. Cette combinaison de savoirs permet de réduire la stigmatisation liée à l’usage de substances et fait la promotion de la réduction des méfaits.

Quelles sont vos perspectives ?

Actuellement, nous travaillons à la pérennité du programme via la mise en place d’une formation de formateurs dans chaque région du Québec afin de s’assurer que chaque formation soit mieux adaptée aux réalités spécifiques.