Dans les Hauts-de-France, les CJC se forment à la prévention sur les réseaux sociaux

publié le  |  Imprimer

Les réseaux sociaux occupent une place de plus en plus importante dans l’information, notamment des jeunes. Pour les consultations jeunes consommateurs (CJC), ils peuvent constituer un puissant outil de prévention… à condition de s’en saisir ! Une première formation a eu lieu dans les Hauts-de-France.

TikTok, Instagram, Snapchat… les réseaux sociaux constituent une source d’information pour de nombreux jeunes. Les professionnels de la prévention le constatent de plus en plus : pour saisir l’opportunité qu’ils représentent, une première formation a été mise en place dans les Hauts-de-France avec le soutien de l’agence régionale de santé.

Depuis 2021, un groupe de travail se réunit régulièrement dans les Hauts-de-France et a identifié des actions destinées à mettre en valeur les CJC et leur travail. Parmi les points soulevés, la nécessité d’une présence numérique pour ces structures destinées à la jeunesse.

Si de nombreuses idées ont émergé tels qu’un site web, un blog, un forum,… assez vite, les professionnels ont formalisé leur besoin majeur : « Il faut aller là où les jeunes sont ! » et ainsi, avoir une présence sur les réseaux sociaux, véritable lieu de socialisation des jeunes. Cette présence permet non seulement de diffuser de l’information auprès des jeunes mais aussi de créer du lien avec eux dans un environnement qui leur est familier, via par exemple la mise en place de tchat comme le fait la page askip ! sur Snapchat. Mais comment avoir cette présence ? Et quelle posture adopter ?

La prévention sur les réseaux sociaux nécessite une formation adaptée

Si nous sommes nombreux à faire usage des réseaux, les utiliser en contexte professionnel n’est pas évident : quelle posture adopter ? Comment y aborder la prévention ? La Fédération Addiction a recensé en détails les besoins des professionnels sur les enjeux numériques afin de créer une formation qui soit adaptée. Ce travail a débouché sur une première session de formation les 16 et 17 juin 2022 à Arras.

Une première formation sur mesure

Cette première session a rassemblé une vingtaine de professionnels de CJC et Vanessa Lalo, psychologue clinicienne spécialisée dans les pratiques numériques des jeunes et des professionnels. Le déroulé pédagogique fait l’équilibre entre cas pratiques et apports théoriques : il s’agit non seulement de comprendre le fonctionnement des réseaux sociaux mais aussi l’usage qu’en font les jeunes l’impact qu’ils peuvent avoir.

Et maintenant ?

Pour ces 20 stagiaires, la formation a été une réussite : ils estiment avoir une connaissance du fonctionnement des différents réseaux (notamment Snapchat, TikTok et Instagram), de la manière dont les jeunes les « consomment », des dangers de ces espaces numériques… mais aussi des fausses alarmes.

Les stagiaires ont aussi du imaginer des campagnes de prévention. Par exemple ; un groupe a proposé « Le proto : c’est mieux en chantilly qu’en paralysie ! » dans le style du meilleur pâtissier, avec un Cyril Lignac et une Mercotte plus que motivés qui n’expliquent pas cette fois une recette mais quels sont les effets du protoxyde d’azote, les dangers, les conséquences sur le corps et la santé.

Vous voulez en savoir plus sur les recettes de la prévention en ligne ? Contactez Manon Scavenius, chargée de projets à la Fédération Addiction : m.scavenius@federationaddiction.fr