Quelles structures sont autorisées à délivrer la naloxone ?

publié le  |  Imprimer

Les usages d’opioïdes concernent une diversité de personnes et de situations, souvent compliquées par des maladies et des vulnérabilités associées. Rappelons que les opioïdes sont la première cause de décès par surdose en France. Antagoniste des récepteurs opioïdes, la Naloxone est un produit de santé efficace et relativement simple d’usage dans la prévention des surdoses mortelles aux opiacés.

Publication d’une note d’information

Le ministère des solidarités et de la santé et le ministère de l’action et des comptes publics ont présenté en ce mois de juillet la note d’information N°DGS/SP3/DGOS/DSS/2019/177, visant à préciser les structures autorisées à délivrer les deux spécialités de traitement d’urgence des surdosages aux opioïdes à base de naloxone, Prenoxad® (forme intramusculaire) et Nalscue® (forme nasale), pour lesquelles l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a délivré une autorisation de mise sur le marché (AMM).

Les spécialités Nalscue et Prenoxad

Ainsi, pour la spécialité Nalscue, les structures autorisées à la délivrer sont les CSAPA dans les conditions fixées par l’article L. 3411-5 du CSP, les CAARUD dans les conditions fixées par le décret n° 2017-1003 du 10 mai 2017 relatif à la délivrance de médicaments dans les centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques en direction des usagers de drogues, les centres et structures disposant d’équipes mobiles de soins aux personnes en situation de précarité ou d’exclusion gérés par des organismes à but non lucratif dans les conditions de l’article L. 6325-1 du CSP.

Peuvent délivrer spécialité Prenoxad®, les mêmes structures précitées pour le Nalscue et s’ajoutent également les officines de ville.

Les objectifs de la mesure

La note d’information précise également les structures hospitalières autorisées, à titre dérogatoire, à délivrer les deux spécialités de naloxone, soit : les établissements de santé, les groupements de coopération sanitaire et les unités sanitaires en milieu pénitentiaire. Cette mesure a été décidé afin de préparer la sortie des personnes identifiées à risque de surdose aux opioïdes, hospitalisées dans un établissement de santé ou lors d’un passage aux urgences, ou sortant de détention en vue d’une utilisation en ambulatoire.

Cette mesure s’inscrit dans l’objectif 2 « Assurer une diffusion large de la naloxone prête à l’emploi » de la feuille de route « Prévenir et agir face aux surdoses d’opioïdes ». Celle-ci, construite avec de nombreux acteurs concernés, identifie 5 objectifs et 18 actions à mettre en œuvre pour consolider les acquis et améliorer le parcours de soins des usagers en difficulté avec leur consommation d’opioïdes qu’ils soient licites ou illicites, et ainsi mieux prévenir les risques de surdose.

 

 

 

 

Retrouvez toutes nos informations sur la Naloxone en ligne.