Crack en Île-de-France : la Fédération Addiction écrit aux pouvoirs publics

publié le  |  Imprimer

Une semaine après l’évacuation de la scène ouverte de Forceval, la Fédération Addiction a écrit un courrier pour  interpeller l’État et les collectivités : si les consommateurs ont pour l’heure été dispersés, la consommation de drogues dans l’espace public ne va pas disparaitre pour autant. Les propositions des associations sont sur la table : les pouvoirs publics vont-ils s’en saisir ?

L’évacuation de la scène ouverte de consommation de drogues de Forceval a mis fin à une situation devenue insupportable pour les riverains, les professionnels et les usagers. La méthode employée, celle de l’opération policière, n’a toutefois pas été la bonne : si les consommateurs ont pour l’heure été dispersés, et seulement quelques uns hébergés, la consommation de drogues dans l’espace public ne va pas disparaitre pour autant.

Enfin apporter des solutions à la consommation de drogues dans l’espace public

La consommation de drogues dans l’espace public n’est pas née à Forceval : elle existe depuis plus de trente ans en Île-de-France et ne fait que se déplacer au fil des années et des évacuations policières. Le campement de Forceval était ainsi lui-même né d’une opération d’installation de la préfecture de police suite à l’évacuation du campement du jardin d’Éole.

Il est plus que temps que les pouvoirs publics se saisissent des solutions à cette situation qui n’a que trop duré. Les associations ont proposé le 22 septembre dernier des solutions :

🗺 Voir le plan des associations pour mettre fin aux scènes ouvertes en Île-de-France

Aux pouvoirs publics d’agir

Il revient à l’État d’organiser la coordination entre ses services et les élus de Paris et Seine-Saint-Denis ainsi que la concertation avec les associations qui participeront à les mettre en œuvre et les riverains des quartiers concernés. Et l’implication des élus locaux est essentielle pour réussir l’implantation locale des structures de soin.

Nos propositions sont susceptibles d’enfin mettre un terme au problème récurrent de la consommation de drogues dans l’espace public en Île-de-France. Elles sont sur la table. L’opinion publique sera témoin de l’action des élus.