Usages de drogues et conséquences : quelles spécificités féminines ?

publié le  |  Imprimer

tend117_femmesTendances n° 117, OFDT, 8 p.
Date de parution : mars 2017
Auteurs : François Beck, Ivana Obradovic, Christophe Palle, Anne-Claire Brisacier, Agnès Cadet-Taïrou, Cristina Díaz-Gómez, Aurélie Lermenier-Jeannet, Caroline Protais, Jean-Baptiste Richard, Stanislas Spilka

>> Téléchargez le Tendances n°117 sur le site de l’OFDT

Les hommes et les femmes sont-ils autant consommateurs de substances psychoactives ? La réponse à cette question globale est assurément négative. En France, comme partout ailleurs, les hommes consomment plus de drogues licites ou illicites et ce d’autant plus qu’il s’agit d’un usage intensif en quantité et en fréquence. Ce constat général demande néanmoins à être nuancé car, parmi les récentes évolutions observées, celle d’un rapprochement progressif des niveaux de consommation masculins et féminins est souvent soulignée. Longtemps moins concernées par les usages de drogues, les femmes auraient tendance à adopter des comportements plus proches de ceux des hommes et donc à consommer davantage.

L’influence des différences entre les sexes s’estomperait dès lors que les fonctions sociales attribuées aux hommes et aux femmes seraient moins spécifiques.

Afin d’apprécier cette situation et de voir comment elle se traduit dans les réponses publiques apportées au phénomène des pratiques addictives, l’OFDT propose, une synthèse de différents travaux relatifs à ces questions. À l’occasion de la journée internationale des femmes du 8 mars, ce numéro de Tendances revient sur les niveaux de prévalence par sexe, les éléments de convergence et la place des femmes dans le dispositif de soins en addictologie et d’application de la loi.

L’OFDT a présenté ce nouveau numéro de Tendances lors de la conférence de presse sur les femmes et les addictions du 6 mars 2017.