Une journée « Regards Croisés » sur le thème Précarités et addictions

publié le  |  Imprimer

Précarités et Addictions, l’œuf ou la poule ?

Depuis plusieurs années, l’Union Régionale Centre de la Fédération Addiction co-organise un journée « regards croisés » afin d’offrir un lieu inter-professionnel et pluridisciplinaire d’échanges et de débats sur les addictions. Cette journée offre la possibilité d’aborder des questions qui concernent l’ensemble des secteurs sanitaires, médicosociaux, sociaux et socioéducatifs à propos des conduites addictives. Elle permet aussi de faire intervenir des personnalités expérimentées et de diffuser des connaissances validées ainsi que des informations sur l’évolution de politiques publiques.

Cette année, le thème de la journée était « Précarités et Addictions, l’œuf ou la poule ? »
La journée s’est déroulée le 15 décembre 2011 de 8h30 à 16h30 au Centre Régional de Documentation Pédagogique à Orléans.

Questionnements abordés

Précarités et Addictions, l’œuf ou la poule ?
Sur ce point, et contrairement au stéréotype, la réponse est-elle dans la question ? D’un point de vue philosophique, on recherche une logique et une chronologie, ce qui peut amener à présupposer que l’un a une prépondérance sur l’autre.

D’un point de vue génétique, on peut admettre qu’un animal qui n’était pas une poule peut produire un œuf qui donnera une poule. Qu’en penser ? Comment et pourquoi mettre en perspective la dialectique entre addiction et précarité et l’histoire de l’homme ou de ses vulnérabilités ?

Et d’un point de vue pratique ? Pour les personnes concernées, les approches causales classiques semblent souvent s’entrecroiser : « il a bu donc il est dans la rue » versus « il a eu des malheurs donc il boit ». Que peut-on penser aujourd’hui de ces approches unilinéaires en addictologie ?

Au-delà de la cause et de la conséquence, dans une approche systémique, chaque élément est en interaction et semble à la fois un résultat et une condition de l’ensemble « addiction et précarité ». Cela nous amène à la question centrale qui nous préoccupe tous, acteurs spécialisés en addictologie et acteurs médico-sociaux : Que peut-on faire ?

Christine TELLIER, Déléguée Régionale de la Fédération Addiction