Un projet sur l’usage problématique de cannabis

publié le  |  Imprimer

La Fédération Addiction lance un projet « Usage problématique de cannabis : outils de diagnostic, de prise en charge et d’orientation pour les acteurs du soin primaire ».

Un million et demi de personnes âgés de 12 à 75 ans ont un usage régulier (10 fois par mois ou plus) de cannabis et 550 000 en consomme tous les jours (baromètre santé 2010). 14 % des jeunes de 17-18 ans présenteraient des signes suggérant un risque élevé d’usage problématique et 6 % seraient engagés dans une consommation présentant un risque plus modéré de passer vers un usage problématique (ESCAPAD 2005). Cependant, un quart des médecins déclarent ne jamais aborder la question du cannabis ou seulement à la demande du patient et 70% déclarent aborder cette question que pour certains patients « jugés à risque ». Par ailleurs, alors que plus d’un tiers de médecins déclarent utiliser en consultation des questionnaires d’aide au repérage de la dépendance, ils sont seulement 2% à utiliser des questionnaires standardisés de repérage des consommations de cannabis.

Afin de favoriser une meilleure prise en charge des usages problématiques de cannabis au niveau de soins primaires et d’améliorer l’orientation vers le niveau de soin spécialisé, la Fédération Addiction s’engage pendant 18 mois dans une démarche avec l’ensemble des acteurs concernés : professionnels spécialisés en addictologie, médecins généralistes, médecins du travail, santé scolaire etc…

Les objectifs du projet sont d’identifier, adapter et diffuser :

• L’outil permettant un diagnostic par un professionnel de soin non spécialisé de l’existence d’un usage problématique de cannabis : Il va s’agir de construire un outil appropriable dans son utilisation et dans l’exploitation des résultats par les acteurs concernés.

• Les stratégies de prise en charge de l’usage problématique au niveau primaire : l’action consistera à élaborer des recommandations et bâtir un module de formation sur les modalités de prise en charge d’un usager présentant un usage problématique de cannabis et sur les critères d’une orientation vers un niveau de soins plus spécialisé (CSAPA, CJC, CH…).

• Les outils d’adressage vers des structures de niveau secondaire (CSAPA, CJC, CH…) : l’adressage d’un patient relevant d’une prise en charge spécialisée sera facilité par la conception d’outils « d’adressage ».

Contact : Cécile Bettendorff c.bettendorff@federationaddiction.fr