Un plan d’action « bien-être et santé des jeunes »

publié le  |  Imprimer

CycEyeUXUAAC0P2Dans la continuité des politiques poursuivies par le Gouvernement depuis 2012 en matière de réussite éducative pour tous, d’égalité d’accès aux soins et de précocité des prises en charge, une mission a été confiée au Pr.Marie Rose Moro et à Monsieur Brison, inspecteur d’académie pour identifier les leviers d’amélioration du bien-être et de la santé des jeunes. 

A l’occasion de la remise du rapport au Président de la République, des représentants de l’association étudiante la FAGE étaient présents pour témoigner de l’importance de ces travaux et des mesures prises.

Le rapport remis hier a donné lieu à un plan d’action interministériel composé de 10 recommandations :

  • L’accès en ligne à des informations de santé fiables et à des ressources géolocalisées
  • Un accès facilité aux consultations de psychologues : le « Pass santé jeunes »
  • Une coopération pluri-disciplinaire
  • Une permanence pour les professionnels des établissements scolaires du second degré et des universités rencontrant des jeunes en difficulté
  • Les maisons des adolescents, piliers du dispositif
  • Des professionnels sensibilisés et formés
  • Un corps unique de psychologues de l’Éducation nationale
  • Des structures de prise en charge psychologique plus nombreuses dans les établissements d’enseignement supérieur
  • La psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent : une discipline renforcée sur tout le territoire

La Ministre de la Santé a de son côté rappelé qu’améliorer la santé des jeunes et favoriser l’accès à la prévention et aux soins était une priorité, citant également les mesures fortes prises à son initiative en matière de prévention, d’information, d’accès aux soins et aux droits sociaux.

La Fédération Addiction avait été auditionnée dans le cadre de cette mission, faisant notamment remonter du terrain des expériences innovantes en matière de partenariat entre CJC et lieux de vie des jeunes, comme l’exemple de la CJC de Montauban (Tarn et Garonne) et les actions partenariales des CJC avec les jeunes en CFA ou en milieu scolaire à Toulouse (Haute-Garonne) et à Orléans (Loiret).

Ces actions figurent dans le rapport dans une partie intitulée « Des innovations qui ont fait la preuve de leur adéquation aux besoins ». « Les CJC ont vocation à recevoir les jeunes en difficultés au plus près de leurs lieux de vie. A ce titre, les expériences des points de contact avancés des CJC en milieu scolaire, leur éventuelle articulation avec les MDA, ainsi que leur déploiement dans les centres de formation d’apprentis (CFA) et les missions locales sont des réponses privilégiées (540 points de consultations nationaux). »