TROD COVID-19 : rendre accessibles les tests aux plus vulnérables

publié le  |  Imprimer

La place du dépistage de la COVID-19 est centrale dans la stratégie de lutte contre l’épidémie. Or comme pour la première vague, les publics les plus vulnérables n’ont pas toujours accès au dispositifs de dépistage généralistes et doivent pouvoir connaître leur statut sérologique, pour mettre en place les mesures nécessaires et les soins (lire notre position politique du printemps).

Les structures peuvent donc mettre en place des TROD, qui permettent un résultat en 30 minutes et peuvent être mis en œuvre hors les murs. Les structures intervenant auprès des publics vulnérables ont souvent une certaine habitude de ces dispositifs (dans le cadre de la lutte contre le VIH ou le VHC notamment) et sont donc amenées à considérer la mise en place de ces dépistages.

Cependant les structures médico-sociales PDS, ne sont toujours pas dans la liste des établissements prévus pour le faire. Pour le moment, certaines ARS font des politiques de dépistage mais uniquement à destination des salariés et pas du public suivi. Nous avons demandé à la DGS et DGCS un retour rapide sur ce point pour mettre en place une politique volontariste auprès du public suivi dans le secteur PDS.

Quels professionnels pour réaliser les TROD antigéniques ?

L’arrêté du 16 octobre 2020 prévoit qui peut être en mesure de délivrer les TROD antigéniques. Selon ce texte, les tests peuvent être réalisés par les médecins, les infirmiers/ères et les pharmaciens/nes, à partir d’un prélèvement nasopharyngé.

Les professionnels de santé exerçant en libéral peuvent donc pratiquer les tests et se fournir auprès des pharmaciens aussi.

Faut-il se former ?

L’arrêté du 16 octobre prévoit ceci : « Une formation est dispensée aux professionnels qui seront conduits à réaliser les tests, pour l’utilisation des tests dans le respect des conditions prévues par le fabricant.
Les professionnels ayant bénéficié dans le cadre de leur formation initiale d’une formation théorique et pratique à l’utilisation de tests similaires sont réputés avoir suivi cette formation »

Qui doit être testé?

Selon l’analyse de l’assurance maladie, l’arrêté prévoit le dépistage pour les personnes suivantes :

  • Les personnes symptomatiques, dans les 4 premiers jours après l’apparition des symptômes, sous réserve de remplir toutes les conditions suivantes :
    • âge inférieur ou égal à 65 ans ;
    • absence de comorbidité / absence de risque de développer une forme grave de la maladie ;
  • Les personnes asymptomatiques (hors « cas contact » ou personnes détectées au sein d’un cluster) dans le cadre de dépistages collectifs ciblés, par exemple dans les lieux suivants :
    • établissements d’enseignement supérieur ;
    • aéroports, notamment pour les voyageurs en provenance de zones de circulation active de l’infection ;
    • établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) (au profit des personnels) ;
    • établissements pénitentiaires, etc.

Où peut-on pratiquer les TROD COVID-19 ?

Selon l’analyse de l’arrêté par Vidal.fr : « Les TROD COVID-19 antigéniques peuvent être pratiqués :

  • au sein du cabinet médical ou infirmier,
  • au sein de l’officine de pharmacie (espace de confidentialité),
  • mais également dans tout lieu autre que ceux dans lesquels exercent habituellement les professionnels de santé (barnum sur parking, lieu partagé entre professionnel de santé) et présentant des garanties suffisantes de qualité et de sécurité sanitaire, sous réserve d’une autorisation par le représentant de l’État dans le département. »

Où se procurer les tests, et comment les financer ?

Selon l’assurance maladie, les tests sont accessibles sur la plateforme gouvernementale COVID-19.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Retrouver toutes les recommandations précises…