international

TDO 5, un pari largement réussi !

publié le  |  Imprimer

TDObisLa 5eme édition du colloque TDO avait lieu pour la première fois dans un pays du Maghreb. Aller au Maroc, dans la ville de Rabat, marquait la volonté de croiser encore plus les points de vues et les pratiques, comme le veut la spécificité de ce colloque.

TDO5Lors de la première après-midi, la séance inaugurale a été consacrée à une présentation des 10 ans de travail du Réseau Med-Net, réseau méditerranéen de coopération sur les drogues et les addictions du Groupe Pompidou. Elle a permis de prendre la mesure des avancées partagées, notamment pour le relevé des données épidémiologiques , la réduction des risques et l’accessibilité des MSO.

Malgré cette « première » nord-africaine qui a pu faire peur dans un contexte complexe, le succès a été présent, avec aux côtés des traditionnels représentants du Québec, de la France, de la Belgique ou de la suisse, des délégations algériennes, égyptiennes, libanaises, tunisiennes ou venant de Côte d’Ivoire, du Kenya et de nombreux autres pays d’Afrique et même de l’Océan Indien.

Ouvert par son président, le Professeur Jallal Toufiq, dans le cadre prestigieux et particulièrement pertinent de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc, ces deux jours de colloque TDO ont vu se succéder les confrontations d’expériences en ateliers, et les débats ouverts dans les séances plénières. Le thème des droits de l’homme a été questionné sous l’angle de l’accès aux traitements.

Les ateliers ont, comme à chaque édition, permis de mettre en commun des expériences de terrain, avec la volonté de les partager et les diffuser : atelier sur l’injection supervisée, mettant en lien la nouvelle expérience de SCMR de Paris et les projets montréalais, une expérience belge sur la réduction des risques de l’injection, un atelier sur le cadre légale des MSO présentant les avancées obtenues par le groupe de travail TDOleg, un atelier VHC présentant notamment l’expérience Change le Programme, un sur migration et addictions, un autre sur les avancées de la Naloxone, un partage d’expérience sur les soins, la réduction des risques en milieu carcéral.

Une organisation attentive et disponible, un accueil généreux à la hauteur de la réputation du Maroc ont aussi contribué à faire de cette édition une étape importante et réussie.

Pour la fédération addiction, membre du comité scientifique, cette édition a largement répondu à ce que ce colloque doit être : un lieu pragmatique de partage d’expériences dans l’espace francophone.

Prenons déjà rendez-vous pour l’édition 6, le relais ayant été passé au Québec et à l’équipe du Cran qui en fut le premier initiateur.