Synthèse de l’enquête « Addictions en situation de rupture professionnelle »

publié le  |  Imprimer

La FNATH, association des accidentés de la vie, mène une campagne de prévention des addictions à destination des personnes en situation de rupture d’emploi. Elle diffuse aujourd’hui la synthèse d’une enquête visant à mieux connaître le lien entre rupture professionnelle et consommations addictives. La Fédération Addiction et deux de ses adhérents (Oppelia et ADIXIO) ont été partenaires du projet.

La situation de rupture professionnelle, qu’elle soit due au chômage ou à l’arrêt de travail de longue durée, constitue un facteur de vulnérabilité. Outre l’altération de la santé, elle peut entrainer le recours aux conduites addictives, pouvant rendre encore plus difficiles ces périodes, voire représenter un obstacle à la reprise du travail. Or, il existe peu de données et pas d’actions de prévention centrées sur ces personnes.

Avec le soutien du ministère des Solidarités et de la Santé, le ministère de l’Action et des Comptes Publics et la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, et avec l’appui d’un comité d’experts, la FNATH a entrepris d’interroger cette problématique de santé publique pour une campagne de prévention ciblée.

Premier outil de la campagne, un questionnaire a été élaboré et diffusé par la FNATH et relayé par des partenaires. Objectif principal : analyser le lien entre la situation vis-à-vis de l’emploi et le niveau de consommation et de dépendance aux substances psychoactives et l’accompagnement éventuel dont les personnes ont bénéficié.

Les différentes catégories de substances psychoactives :

  1. Les dépresseurs ou sédatifs (alcool, tranquillisants et somnifères, neuroleptiques et analgésiques type benzodiazépine, opiacés, comme la codéine, la morphine, l’héroïne, l’opium et les solvants type éther, colle)
  2. Les stimulants (mineur comme le tabac, majeurs comme les amphétamines, la cocaïne, l’ecstasy…)
  3. Les perturbateurs ou hallucinogènes (LSD , cannabis, mescaline, kétamine…)

Les points essentiels de l’enquête

✓ Pour 58 % des répondants, la consommation de substances est en augmentation depuis le changement de situation professionnelle
✓ 63 % estiment que cette consommation leur pose problème
✓ Parmi les substances psychoactives consommées, les médicaments contre la douleur (morphine, opium, codéine) occupent la première place (55 %)
Viennent ensuite le tabac (37 %), l’alcool (28 %), les médicaments contre l’anxiété (19 %), autres produits (16 %), cannabis (6%), cocaïne, crack, ecstasy, LSD, amphétamines (3 %).
✓ L’âge de la première consommation concernant les traitements contre l’anxiété et la douleur est très corrélé́ à la situation de rupture d’emploi des répondants
✓ Près d’un tiers des répondants déclare n’avoir parlé de leur consommation avec personne
✓ Pour 60 % des répondants un échange sur le sujet est envisageable avec un médecin

👉 Télécharger l’analyse de l’enquête FNATH

Un guide pour les accompagnants professionnels et bénévoles

L’autre volet de la campagne de prévention porte sur l’écoute (organisation de focus groupes), la sensibilisation et l’aide aux professionnels et bénévoles au contact des personnes en situation de rupture professionnelle. Dans la stratégie d’intervention précoce, l’acteur social et médico-social est évidemment, aux côtés du corps médical, un maillon important vers le traitement de la dépendance, une passerelle vers une structure de soins. Comment prévenir l’addiction ? Comment la repérer ? Comment aborder le sujet ? Comment orienter les personnes en situation de fragilité ? La FNATH et le comité d’experts ont élaboré un guide à l’attention de ces accompagnants (en ligne ici).

Un comité d’experts

Pour cette campagne de prévention, la FNATH a fédéré les acteurs qui interviennent dans le domaine de l’addiction et de l’emploi, en milieu hospitalier, institutionnel, associatif et au sein de l’entreprise.

Un établissement public :

  • Pôle Emploi

Une Fédération :

  • Fédération Addiction

Des associations de prévention addictions :

  • ANPAA / Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie
  • OPPELIA (adhérent de la Fédération Addiction)

Un Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) :

  • CSAPA Centre hospitalier Sainte-Anne (Paris 14e)

Une association en entreprise :

  • ADIXIO (anciennement Amitiés La Poste Orange et adhérent de la Fédération Addiction)

Des associations de chômeurs :

  • MNCP / Mouvement national des chômeurs et précaires
  • SNC / Solidarités nouvelles face au chômage