Swaps n° 100 : numéro spécial


Depuis vingt-cinq ans, et déjà 100 numéros, l’équipe de rédaction de Swaps œuvre, édition après édition, à faire connaître et partager l’approche scientifique, sociale, politique et communautaire de la réduction des risques. Le numéro 100 vient de paraître !

Retrouvez dans ce numéro spécial de Swaps une rétrospective des 100 couvertures du magazine. Swaps est accessible en ligne sur le site de vih.org et est envoyé aux adhérents de la Fédération Addiction.

Au sommaire également :

  • Le drame du crack au risque des médias (Gilles Pialoux) : Le crack est la quintessence de l’échec de «la guerre contre les drogues», toutes obédiences politiques confondues. La preuve dans une rapide revue de presse partielle et partiale ou comment les mêmes dérives ou raccourcis journalistiques, politiques, sémantiques se retrouvent d’année en année. Et depuis plus de trente ans…
  • L’émergence des scènes ouvertes de la drogue à Paris dans les années 1980-1990 (Alexandre Marchant) : Fin du feuilleton des crackers à Stalingrad, délogés vers les jardins d’Éole puis vers la porte de la Villette ? Entre peurs, réactions, comportements ambigus, chassés croisés police-dealers-consommateurs, les scènes ouvertes de drogue rythment depuis quarante ans la vie des métropoles. Retour sur ces lieux où s’esquissent aussi des logiques de réduction des risques.
  • L’Inserm valide les salles de consommation (Christelle Destombes) : Des effets positifs en termes de santé publique. Tel est le constat de l’Inserm qui a évalué les salles de consommation à moindre risque (SCMR) de Paris et de Strasbourg, à la demande de la Mildeca. Éléments clés du rapport paru en mai 2021.
  • Espace de consommation supervisée au sein d’un Caarud. Retour d’expérience à Bordeaux en temps de Covid (Véronique Latour) : La crise sanitaire liée au Covid-19 a mis en évidence l’urgente nécessité d’adapter les modes d’interventions au sein des Caarud. À Bordeaux, le Caarud de la Case a testé une salle d’injection supervisée, en se saisissant d’une ordonnance du mois de mars 2020.
  • Crack, la RdR au point mort (Yann Bisiou) : L’intervention sanitaire et sociale en faveur des consommateurs de crack repose exclusivement sur le volontarisme des acteurs et militants de la réduction des risques, sans cadre légal ou réglementaire. Un constat sans appel de l’incapacité de l’État de droit à protéger ses ressortissants.
  • L’expression des attentes et des besoins des usagers de crack (Marie Jauffret-Roustide) : Au-delà du bruit médiatique autour du crack en Île-de-France, quelles sont les demandes des usagers? Peu audibles, elles esquissent pourtant des pistes pour de nouvelles actions de réduction des risques, plus globales et moins centrées sur la prévention des risques infectieux.
  • De quoi le crack est-il le nom ? (Fabrice Olivet) : La crise du crack dans le nord-est parisien a été récemment reléguée à sa périphérie dans une banlieue pauvre. Et si le problème n’était pas celui de la consommation ? Observation en léger décalage, à partir d’une lecture de la géographie urbaine.
  • Prise en charge des usagers de cocaïne et de crack au Canada. Retour d’expérience (Jean-Nicolas Westenberg) : Compte tenu de la progression rapide de la crise liée à la consommation de crack dans le nord-est de Paris, la question des besoins en matière de réduction des risques et de mise en œuvre de réponses collectives, afin d’améliorer l’état de santé des personnes qui consomment du crack, est fondamentale. Cet article propose un tour d’horizon rapide des expériences menées au Canada en la matière.
  • Vingt ans de guerre américaine à la drogue en Afghanistan : entre cynisme et fiasco (Michel Gandilhon) : Il y a vingt ans, le 7 octobre 2001, à l’initiative des États-Unis et avec la participation de l’Otan, l’opération Enduring Freedom était déclenchée. Après les attentats du 11 septembre, elle visait à renverser le régime des talibans suspectés d’abriter les activités d’Al-Qaïda, l’organisation considérée comme responsable de l’attaque contre les tours du World Trade Center. Une des dimensions méconnues de cette guerre contre le terrorisme était la lutte contre le trafic de drogues, notamment d’opium et d’héroïne dont l’Afghanistan était un acteur majeur.
  • Réduction des dommages associés à la consommation d’alcool (Pierre Poloméni) : Une expertise collective de l’Inserm portant sur la « réduction des dommages associés à la consommation d’alcool » est parue en juin 2021. Swaps peut se réjouir d’obtenir une réponse à une question posée dans son no 62, en 2011, lorsque l’Inserm avait réalisé son travail sur la RdR et avait semblé oublier la RdR alcool. Extraits résumés et commentaires par Pierre Polomeni, qui a participé à cette expertise.
  • Paris sportifs, quelle régulation ? (Jean-Pierre Couteron) : À l’occasion du récent championnat d’Europe de foot, les publicités pour les paris sportifs ont attiré l’attention… Sur bien des points, les jeux d’agent partagent les mêmes problématiques que les autres addictions : une grande vulnérabilité des jeunes, des conséquences négatives qui se chiffrent en endettement, une part importante des recettes provenant du pourcentage de personnes les plus en difficulté, etc. Quid de leur régulation ?

📂 Téléchargez Swaps n° 100

📬 Bientôt chez vous si vous êtes adhérent ! Ce n’est pas encore le cas ? Adhérez ! Personne physiquePersonne morale