Suppression des distributeurs de seringues et pipes à crack à Aubervilliers : une menace pour la réduction des risques

publié le  |  Imprimer

La Fédération Addiction est signataire de ce communiqué interassociatif concernant la demande de la mairie d’Aubervilliers à l’association SAFE souhaitant l’enlèvement des trois distributeurs de matériel d’injection et d’inhalation implantés sur le territoire de la ville.

Le 2 décembre 2021, l’association SAFE a reçu un courrier électronique de la Direction générale des services de la Ville d’Aubervilliers exprimant la volonté de la municipalité de procéder à l’enlèvement des 3 distributeurs de matériel d’injection et d’inhalation implantés sur le territoire de la ville depuis de nombreuses années.

Sous prétexte qu’il y aurait, nous citons, une utilisation inappropriée du dispositif, des dysfonctionnements dus à la présence en surnombre de consommateurs de crack et des conflits avec les habitants des quartiers concernés, la municipalité d’Aubervilliers souhaite donc supprimer des dispositifs qui permettent aux personnes qui consomment des drogues d’avoir accès à du matériel propre et stérile. Nul besoin de rappeler que la distribution de ce matériel permet de réduire considérablement les risques de transmission des virus type VIH, VHC et VHB, ainsi que les infections bactériennes.

La Mairie d’Aubervilliers se sert des événements récents qui ont entraîné le déplacement des usagers de crack présents sur le Jardin d’Éole (XIXe arrondissement de Paris) vers la Porte de la Villette2, et la construction du fameux « mur de la honte »3, pour se débarrasser d’automates qui étaient très fréquentés et utilisés au maximum de leur capacité (près de 7 000 pipes et 5 000 seringues par an), bien avant l’arrivée des nouveaux usagers. Encore aujourd’hui, nos équipes de terrain constatent l’utilisation des automates par des usagers qui étaient présents sur ces territoires avant l’évacuation du Jardin d’Éole. Après négociations, le démontage des distributeurs de matériels d’injection est « suspendu provisoirement », ce qui ne lève nullement nos inquiétudes pour le futur. En revanche, le distributeur de matériel d’inhalation situé à proximité de la Porte de la Villette, à destination des consommateurs de cocaïne base (crack), doit bien être démonté le mercredi 15 décembre à 10h30.

Or, nous rappelons qu’il n’existe aucune structure fixe d’accueil d’usagers de drogues sur la commune d’Aubervilliers permettant un accès à du matériel de consommation afin de réduire les risques de transmissions d’agents pathogènes.

Jamais l’implantation de nos automates sur ce territoire n’avait été remise en cause tant leur utilité a été prouvée. Jamais la Mairie d’Aubervilliers, avec laquelle nous collaborions étroitement, ne s’était plainte de quelconques nuisances dues à la présence de nos dispositifs. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous alertons sur la politique de Santé publique menée par la nouvelle équipe municipale, et lui demandons de renoncer à ce démantèlement qui supprimera un accès, parfois unique pour certains usagers de drogues, à du matériel de réduction des risques.

Télécharger le communiqué en PDF