Supplément technique sur l’évaluation : de l’obligation légale à la valorisation du secteur médico-social en addictologie

publié le  |  Imprimer

La loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, a nécessité la formalisation d’outils (livret d’accueil, CVS…). Sept ans après, les structures médico-sociales ont dépassé cette « logique outils » et entrent à présent dans une ère où l’injonction à l’efficience est érigée en dogme, en témoignent : le projet de loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST), la création des ARS, la réforme des CSAPA, la création d’une Agence Nationale d’appui à la Performance, les premières habilitations d’organismes évaluateurs externes délivrées par l’Agence Nationale de l’Evaluation (ANESM),…

Les évaluations interne et externe peuvent être les vecteurs potentiels d’une culture partagée et permanente de la qualité des services et prestations développés, et par là même, être les supports d’une visibilité des pratiques professionnelles. Mais de nombreuses inquiétudes se sont fait jour autour des questions suivantes : temps requis pour mener une démarche d’évaluation, mobilisation des équipes, choix d’indicateurs pertinents, financements nécessaires, participation des usagers…

Ce supplément technique vient compléter le référentiel d’auto-évaluation pour le secteur médico-social en addictologie, élaboré par la Fédération Addiction et le guide méthodologique « Mener l’évaluation interne : pas de panique ! ».

Au sommaire du Supplément technique :
I. Repères pour conduire sa démarche d’évaluation interne
II. L’évaluation externe se précise
III. L’Addictologie dans le programme de travail 2009 de l’ANESM
IV. Comment sont élaborées les recommandations de l’ANESM ?
V. Repères pour l’expression et la participation des Usagers

Ce supplément technique est réservé à nos adhérents.

» Plus d’infos sur le référentiel d’auto-évaluation
» Plus d’infos sur le guide « Mener l’évaluation interne : pas de panique ! »