- Fédération Addiction - https://www.federationaddiction.fr -

Risques liés à l’injection de buprénorphine

En 2011, le réseau français des CEIP a été alerté par des signalements de lésions cutanées survenant suite  au mésusage de la buprénorphine haut dosage (injection par voie intraveineuse à partir des comprimés sublinguaux) dont certaines ont évolué vers une nécrose. 27 cas ont été notifiés sur une période d’un an, dont 23 cas avec les génériques du Subutex® et 4 cas avec le Subutex®. La taille des particules contenues dans les excipients pourrait expliquer cette différence. Le CEIP de Nantes a fait une communication sur le sujet au XVIIe Congrès de physiologie, de pharmacologie et de thérapeutique.

Lors de sa séance du jeudi 21 mars 2013, dont le compte-rendu a été mis en ligne le 25 avril, la commission des stupéfiants et psychotropes de l’ANSM (Agence Nationale de Sûreté du Médicament et des produits de santé) s’est prononcée en faveur de la poursuite de la surveillance assurée par le réseau des CEIP et la mise en œuvre d’investigations supplémentaires sur le rôle des excipients dans la survenue des lésions induites par l’injection de Buprénorphine Haut Dosage (Subutex® et ses génériques). Elle préconise aussi un renforcement des mesures de prévention et d’information auprès des patients via les professionnels de santé sur les risques liés au mésusage de la buprénorphine haut dosage par voie intraveineuse. Enfin, les membres de la commission ont souhaité que la communication sur la prise en charge des patients sous buprénorphine réalisée en 2011 par l’Agence soit renouvelée.

De son côté, le Flyer publie un communiqué dans lequel il s’interroge autour de la substitution injectable :

>> Lire le communiqué du Flyer sur le site d’Asud