Séminaire Priorité prévention, passons à l’acte !

publié le  |  Imprimer

Bien que la prévention soit régulièrement présentée depuis plus de 30 ans en France comme une priorité de santé publique, on observe des freins au développement de cette politique à la hauteur de ses enjeux.

La Conférence nationale de santé (CNS), le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) et le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) ont mené en 2018 des réflexions complémentaires sur la prévention : la CNS avec son avis « Renforcer et mobiliser les acteurs de la promotion de la santé et de la prévention », du 28 septembre 2018, le HCAAM par son avis « Refonder les politiques de prévention et de promotion de la santé », le HCSP par le biais de l’avis et du rapport relatifs à la place des offreurs de soins dans la prévention.

Un séminaire conjoint « Priorité prévention, passons à l’acte ! » a été organisé le 10 octobre 2018 par ces trois structures.

Ce séminaire a eu pour objectif de démontrer que des évolutions sont possibles pour déployer la prévention sur les territoires en mobilisant les usagers, les acteurs du système de santé et les acteurs locaux.

Il a été organisé en quatre sessions autour de la prévention/promotion de la santé qui ont abordé les outils, les acteurs, l’organisation et le financement, et la place de l’usager, avec des intervenants venant d’horizons variés au-delà du seul monde de la santé.

Vous trouverez sur le site du Haut Conseil de la Santé Publique les textes qui reprennent de façon synthétique le contenu des présentations et des échanges.

Difficulté de reconnaissance des acteurs de la prévention/promotion de la santé

Intervention de Jean-Pierre Couteron, administrateur de la Fédération Addiction

Les acteurs de la promotion de la santé sont peu connus et reconnus. Ils sont dispersés, souvent mis en concurrence, fragilisés par des financements annuels non pérennes, sans visibilité de moyen terme.

Force est de constater la contradiction existante entre une parole publique valorisant la promotion de la santé ou la prévention et cette non reconnaissance des acteurs.

Différents leviers d’action devrait pourtant permettre de résoudre cette contradiction :

  1. d’une politique de formation volontariste s’appuyant  sur des référentiels métiers identifiés
  2. d’une coordination renforcée des acteurs de la promotion de la santé et de la prévention au plus près des populations,
  3. d’une continuité des interventions entre les acteurs de la promotion de la santé, du soin et de l’accompagnement sur l’ensemble du parcours de santé de la personne,
  4. et d’un effort financier et « budgétaire » assumé et pérenne.

Présentation  (984 ko) 📥