Revalorisation des métiers de l’humain : retour sur la mobilisation du 28 septembre

publié le  |  Imprimer

Ce mercredi 28 septembre, les professionnels des métiers de l’humain se sont mobilisés en nombre partout en France pour alerter sur la situation critique que traverse le secteur et défendre la qualité de l’accompagnement des personnes en situation de précarité/vulnérabilité. 

À Marseille, Toulouse,  Lyon, Lille, Paris, et dans de nombreuses autres villes françaises, les professionnels du soin et de l’accompagnement ont défilé et pris la parole. Les organisations présentes, dont La Fédération Addiction, la Fédération des acteurs de la solidarités, la CNAPE, la FEHAP, NEXEM, UNAPEI, Unicancer et l’Uniopss, portaient les revendications suivantes :

  • l’équité de traitement avec le secteur public dans la rémunération des activités sanitaires et la mise en œuvre des différents Ségur
  • la revalorisation des oubliés/exclus du Ségur
  • la compensation de l’inflation et de la perte du pouvoir achat pour les salariés du secteur sanitaire, médico-social et social

Et plus globalement, le souhait d’un plan ambitieux concernant la santé et l’autonomie.

 

Pour Marie Öngün-Rombaldi, déléguée générale de la Fédération Addiction :

« L’intervention sociale se pense, se construit, se vit au quotidien en équipe et chacun joue un rôle fondamental auprès des personnes que l’on accueille. »

Il n’est donc pas acceptable que près de 30% des personnels, tels que des secrétaires, des agents d’accueil, des personnels techniques, des personnels administratifs, et des directeurs soient exclus des revalorisations salariales.

Parmi les exclus, on compte également les personnels des services de prévention. Ce manque de considération pour leur travail et leurs missions doit être corrigé.

📥 Télécharger le discours complet

A gauche : Marie Öngün-Rombaldi, avec Pascal Brice, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, et Alexis Grandjean, responsable de pôle à la Fédération Addiction