Retour sur la journée régionale « Femme et addictions : le corps en questions »

publié le  |  Imprimer

marseilleDans le cadre du projet Femmes et addictions, une journée régionale a été organisée le 25 novembre 2014 à Marseille, par l’Union Régionale PACA-Corse de la Fédération, en partenariat avec l’équipe du Fil rouge de l’AMPTA. Elle avait pour thématique « Femmes et addictions : le corps en questions ».

Pourquoi s’interroger sur la question de l’accueil des femmes ?

L’expérience clinique et les études réalisées dans de nombreux pays montrent que femmes et hommes n’ont pas les mêmes comportements, usages et facteurs de risques face aux addictions. Dès l’enfance, une distinction s’opère via des modes de socialisation masculins et féminins ; à l’adolescence, les codes sociaux de genre de nos sociétés contemporaines influencent, avec d’autres facteurs comme l’âge ou le milieu social d’appartenance, l’usage des psychotropes.

C’est dans ce cadre que la Fédération Addiction travaille, depuis 2012, sur la question de l’accueil et l’accompagnement des femmes dans les établissements d’addictologie, en recueillant les expériences des professionnels et en réfléchissant à l’évolution des pratiques. Elle a mis à disposition en 2013 trois supports pour les professionnels des addictions :
* une revue de littérature internationale, réalisée par l’IAC (Institut d’Anthropologie Clinique de Toulouse)
* une base d’expériences en ligne
* une brochure de repères pour les professionnels qui souhaitent mettre en place une action spécifique pour les femmes au sein de leur structure

En 2014, la Fédération a repris et poursuivi ses travaux avec le soutien de la MILDECA. Elle travaille actuellement à l’élaboration d’un guide à destination des professionnels des CSAPA et CAARUD pour les aider à penser et adapter leur accompagnement aux femmes.

La journée régionale « Femmes et addictions : le corps en question »

Pourquoi se poser la question du rapport au corps lorsque l’on parle de femmes et d’addictions ? Les professionnels constatent que le corps, et spécialement celui des femmes, tient une place particulière dans l’expérience addictive : c’est souvent le corps malmené, par soi même, par « l’autre », par les conséquence de la consommation, par la violence de certaines situations ; c’est aussi, parfois, le corps de la maternité, de l’enfant qu’on porte et qu’on met au monde ; c’est enfin le corps dont on s’occupe, qu’on choie, qu’on soigne, source de bien être et de souci de soi.

Plus de 130 participants, dont la moitié issue du secteur de l’addictologie, sont venus assister à un programme fourni.

Le matin, après un point sur les travaux de la Fédération sur les femmes et les addictions, le Dr Egle De Maria de la Communauté Thérapeutique Fragole Celesti à Turin est venue présenter sa structure qui accueille exclusivement des femmes, toxicomanes, ayant des problèmes psychiatriques et ayant subi des violences. Elle a expliqué le choix d’une structure non mixte et l’accompagnement spécifique qui a été élaboré à destination de ce public.

L’après-midi, trois tables rondes ont été proposées :
* la première concernait les violences faites au corps et le lien avec les addictions
* la seconde concernant le corps de la (future) mère et la question de la maternité
* la troisième, autour du bien-être corporel, présentait des expériences spécifiques femmes dans trois structures de la région