Réseau International des Hépatites chez les Usagers de Drogues (INHSU) : retrouvez l’évaluation finale des ateliers de formation 2019 !

publié le  |  Imprimer

Le Réseau International des Hépatites chez les Usagers de Drogues ou INHSU (“International Network on Hepatitis in Substance Users”) est une association communautaire australienne et partenaire de la Fédération Addiction, dédiée à l’échange de connaissances scientifiques, à l’éducation et au plaidoyer centrée sur la prévention de l’hépatite C et les soins des usagers de drogues.

Un programme de formations développé en France

En 2019, l’INHSU a organisé 5 journées/ateliers de formation dédiés aux professionnels sur l’hépatite C : à Paris, Bordeaux, Lille, Biarritz et Nice.

Ce programme de formation s’adressait aux addictologues, aux médecins généralistes, aux infirmiers et d’autres personnel médical qui travaillent auprès des usagers de drogues injectables.

Après une formation en ligne et des ateliers animés par des experts locaux, les participants ont pu s’outiller pour prescrire en toute confiance.

Évaluation finale des ateliers de formation

Au total, 87 professionnels ont participé aux 5 ateliers de formation. La plupart des participants étaient des infirmier.ère.s (37 %) et des médecins généralistes (22 %) ; ainsi que des médecins addictologues (14 %).

L’enquête réalisée a mis en exergue des retours positifs vis-à-vis des ateliers proposés. Les participants ont témoigné de la réussite des ateliers et ont soulevé un vif intérêt quant au changement de législation en matière de prescription (pour rappel, l’élargissement de la prescription des traitements contre l’hépatite C, à tous les médecins a été appliqué en mai 2019), ce qui confirme la nécessité de mobiliser les professionnels du secteur autour de ces questions.
Au cours des ateliers, les participants ont pu accroitre leurs compétences et s’exercer à travers des cas cliniques.

Connaissances

En effet, avant leur participation à un atelier, la moyenne obtenue par les participants concernant leurs connaissances de base sur l’hépatite C était de 7,6/10. Après l’atelier, cette moyenne était de 9,5/10.

Dans les 6 mois qui ont suivi l’atelier, les participants ont maintenu un score au dessus d’avant l’atelier, avec une moyenne de 9/10, ce qui souligne que les connaissances ont été acquises.

Les participants ont cependant souligné l’importance d’une formation en continue pour maintenir le niveau de connaissances et de confiance à la suite des ateliers.

 

Prescription

Lorsqu’on leur a demandé s’ils prescriraient un traitement à une personne consommant des drogues par injection, 96 % des participants interrogées à la suite de l’atelier ont indiqué qu’ils le feraient, contre 58 % avant la formation. Cette proportion a été maintenue à 86 % dans les 6 mois qui ont suivi l’atelier.

Confiance

Les participants ont fait état d’un niveau de confiance élevé dans leur capacité à accompagner et à prescrire aux patients les nouveaux traitements contre le VHC (88%) et dans la capacité à dépister de manière adéquate les populations à risque (88%). Bien qu’il y ait eu une diminution de cette confiance 6 mois après l’atelier (58 % et 79 %, respectivement) par rapport à l’enquête réalisée immédiatement après, ces chiffres sont restés supérieurs aux niveaux de confiance déclarés avant l’atelier (17 % et 50 %).

👉 Retrouvez l’intégralité du rapport d’évaluation 2019 !

🇬🇧 Évaluation en anglais

 

Un nouveau programme

Afin de s’adapter aux restrictions sanitaires liées à la COVID-19, en 2021, le programme sera adapté à un format en ligne (plus d’informations à venir). Ainsi, une continuité d’enseignement sera dispensée, permettant également une plus grande portée nationale (les ateliers de 2019 ont été réalisé dans 5 grandes villes).