Remise en cause de la loi Evin dans la loi Macron, ou l’incohérence de la politique publique en matière d’addictions

publié le  |  Imprimer

La commission spéciale de l’Assemblée nationale en charge du vote final de la loi Macronverre_alcool a adopté il y a quelques semaines un amendement dissociant information et publicité sur l’alcool, ouvrant un boulevard au marketing des alcooliers et suscitant l’opposition des associations. Quelques jours plus tard, le Président de la République et le gouvernement se déclaraient pour la préservation de la loi Evin, avant de proposer un texte à l’opposé de leur discours, favorisant et étendant largement la promotion de l’alcool dans les médias. Enfin, la Conférence Nationale de Santé a pris position la semaine dernière contre l’assouplissement de la loi Evin, tout comme François Bourdillon, directeur général de l’InVS et de l’Inpes.

Dénonçant l’incohérence de la politique publique, la Fédération Addiction interroge les différents niveaux d’usage et la place particulière en France de l’alcool, et notamment du vin. Retrouvez :
*notre communiqué de presse (11 juin)

*la tribune de Pierre Sidon et Jean-Pierre Couteron sur le Huffington Post

Après le passage de la loi sans vote, les associations expriment conjointement leur inquiétude face à cette mesure dont les impacts se feront rapidement sentir.