RdR en Seine-Saint-Denis : un état des lieux inquiétant

publié le  |  Imprimer

A la demande du département de Seine Saint-Denis, la Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques (MMPCR) a missionné l’ethnologue Aude Lalande pour dresser un état des lieux du dispositif de réduction des risques en Seine-Saint-Denis.

Cette étude s’intéresse aux territoires couverts par les Centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD), aux phénomènes qu’ils y repèrent ainsi qu’aux réponses qu’ils s’efforcent d’apporter aux publics. Elle a été rendue publique début novembre 2019.

Ses conclusions dressent un état des lieux inquiétant :

  • Une couverture territoriale inégale du département par les CAARUD et des zones non couvertes ;
  • Dans les zones couvertes, un manque de moyens pour faire face aux besoins des trois types de publics rencontrés (publics bien insérés, publics précaires et personnes en situation intermédiaire) ;
  • Une sous-dotation globale des CAARUD par rapport à la moyenne nationale ;
  • Un dispositif de délivrance de matériels stériles insuffisant, trop exclusivement porté par les CAARUD ;

Au regard de ces constats, des préconisations sont formulées : 

  • Sur tout le département, développer un dispositif d’hébergement sur l’ensemble du territoire en s’appuyant sur l’expérience et le savoir-faire des CAARUD; consolider le système de mise à disposition de matériels stériles pour couvrir l’ensemble du territoire; étudier la possibilité de créer un CAARUD jeunes
  • Au Nord-Est : envisager l’ouverture d’une salle de consommation à moindre risque;
  • En bordure du périphérique : ouvrir des lieux fixes ou mobiles de consommation, en coordination avec les CAARUD parisiens, déployer des unités mobiles pour aller vers certains publics, développer des actions en direction des personnes en situation de prostitution;
  • Dans chaque ville : réaliser des diagnostics locaux, multiplier les maraudes de repérage, déployer des unités mobiles.

==> Cette étude et sa synthèse sont disponibles sur le site de la MMPCR.