Protection judiciaire de la jeunesse : une déclinaison concrète de la stratégie d’intervention précoce

publié le  |  Imprimer

Depuis fin 2020, la Fédération Addiction mène en Île-de-France et en Outre-Mer un projet visant à analyser et renforcer les modalités de déploiement de la stratégie d’intervention précoce dans des unités de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

L’intervention précoce est une stratégie d’action qui s’applique aux premières étapes des conduites de consommation de substances psychoactives. La protection judiciaire de la jeunesse d’Île-de-France et d’Outre-Mer — dont la mission est d’assurer exécution et le suivi des mesures judiciaires prononcées à l’encontre des mineurs et jeunes majeurs par un magistrat — avec le soutien de la MILDECA, a sollicité la Fédération Addiction pour qu’elle l’intervention précoce dans les unités éducatives d’activité de jour ou unités de placement collectif volontaires.

Ce projet se déroule en plusieurs étapes : une expérimentation sur des sites volontaires, un état des lieux des pratiques dans les différentes structures, des sessions de formation à l’intervention précoce, et la diffusion de recommandations de bonnes pratiques afin de mettre en place cette stratégie de prévention.

Direction de la protection judiciaire de la jeunesse à Paris

Une démarche expérimentale pour huit structures de la PJJ

À la suite d’un appel à volontariat en janvier 2021, huit structures PJJ se sont lancées dans cette démarche expérimentale en lien avec leur CJC de proximité. Huit binômes expérimentaux sont ainsi constitués :

  • Guadeloupe : CSAPA R.SCHOL / EPEI Lamentin (UEHC) et CSAPA R.SCHOL / EPEI Lamentin  (UEAJ)
  • Seine-Saint-Denis: CJC ANPAA La Villette/ EPE Pantin (UEHC) et CJC ANPAA La Villette/ EPE Pantin (UEHD)
  • Seine-et-Marne : CJC Cann’accueil APS Contact/ UEAJ Melun et CJC Cann’accueil APS Contact/ CEF Combs-la-Ville
  • Essonne : CJC Ressources/ UEAJ Bures-sur-Yvette et CJC Oppelia/ CEF Bures-sur-Yvette

Ces binômes CJC-PJJ, en lien avec les directions territoriales de la PJJ, se sont réunis afin d’entamer le travail de coordination, d’acculturation commune et de diagnostic des besoins. Pour les guider dans ce travail, la Fédération Addiction a mis à leur disposition différents outils :  des questionnaires à destination des jeunes qu’ils accueillent afin de recueillir les problèmes rencontrés et des questionnaires à destination des professionnels des structures afin de voir leurs méthodes actuelles de travail. Par la suite, des sessions de formation à l’intervention précoce seront mises en place à la rentrée 2021 pour les différents binômes.

Des actions auprès des personnes accueillies

Dans le cadre de ce projet et afin d’adapter la stratégie d’intervention précoce aux différents territoires et aux jeunes à qui elle est in fine destinée, des actions individuelles et collectives sont proposées aux personnes accueillies dans ces centres. Les jeunes ont par exemple l’occasion de réaliser un stage d’une semaine durant laquelle une compagnie de percussions, les Tambourlingueurs, vient créer un temps fort de partage avec les jeunes et les équipes et créer un espace de parole, notamment sur les addictions avec les jeunes. Une réalisatrice est également associée au projet dans le but de mettre en valeur ces moments.

Vers un guide méthodologique

En parallèle, un questionnaire d’état des lieux à destination des professionnels PJJ a été construit afin d’identifier les freins et leviers sur la thématique des consommations. Il est actuellement diffusé, et vise à recenser auprès de dispositifs PJJ diversifiés, un état des lieux des situations vécues par les équipes.

La rédaction d’un guide méthodologique destiné à toutes structures de la protection judiciaire de la jeunesse intéressées par la démarche est en cours de réalisation.