Communiqué de presse – Prévention : beaucoup reste à faire pour la réanimer !

publié le  |  Imprimer

logo_federation_addiction_petitLa couverture du dernier numéro de la Gazette Santé Sociale évoquant « la prévention réanimée » pouvait laisser espérer un miracle, le retour à la vie d’un secteur dont on reconnaissait enfin l’état de mort clinique.

La lecture du dossier est plus que décevante. Le budget prévention des Agences Régionales de Santé (ARS) reste faible, parfois en baisse, et même si quelques Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens (CPOM) se préparent, les budgets ne sont toujours pas pérennes.

La prévention est un secteur où de multiples équipes assurent depuis des années une diffusion des actions de prévention de toutes les addictions au plus près des besoins des publics et des territoires. Comprenant l’ambition d’une politique publique qui invite à dépasser ce morcellement, elles s’organisent pour se regrouper, sans perdre la diversité indispensable des réponses. Mais la démocratie sanitaire qui doit en assurer l’efficience est encore expérimentale.

Dans le champ des addictions, la prévention reste le parent pauvre de la politique publique. Elle n’est pas à la hauteur des besoins identifiés par tous et des enjeux de santé publique. Elle est le plus souvent émiettée entre subventions précaires de la MILDT, des ARS, des collectivités territoriales. La consolidation d’associations nationales gestionnaires et le regroupement des structures de taille moindre devraient permettre qu’en région, le dialogue de la démocratie sanitaire, au plus près des besoins, apporte l’efficacité et l’efficience envisagée par la loi Hôpital Patients Santé Territoire (HPST). Encore faut-il que le temps et les moyens leur en soient donnés, équitablement.

Tels sont les enjeux des questions de prévention, que Madame Norra Berra, Secrétaire d’Etat à la santé, s’était pourtant engagée à défendre lors des 1ères journées nationales de la Fédération Addiction en mai 2011.

La prévention est un investissement pour demain. Beaucoup reste à faire pour la réanimer !

Contact : Nathalie LATOUR  n.latour@federationaddiction.fr et Georges MARTINHO g.martinho@federationaddiction.fr