Pregabaline (Lyrica) : évolutions des modalités de prescription

publié le  |  Imprimer

La pregabaline (Lyrica) est un remède utilisé au départ en neurologie pour des douleurs de type neuropathique ,certaines formes d’épilepsie partielle et pour le syndrome anxieux généralisé. Sa prescription est régulièrement détournée et prisée au marché noir pour une prise à des dosages bien plus importants que ceux prescrits dans les indications, et entraîne une dépendance parfois assez forte, et des effets secondaires dommageables (notamment respiratoires) surtout lorsqu’il est associé à la prise d’opiacés.

Souvent connu et pris pour des douleurs, ce médicament paraît prisé des publics migrants et demandeurs d’asile qui ont entamé ce traitement dans leur pays d’origine, nécessitant un relais de prescription en CSAPA ou en médecine de ville qui peut interroger les professionnels.

Cette spécialité suscite de nombreux échanges et remontées de praticiens (via le forum MG Addictions notamment) et d’intervenants de terrain, qui ont poussé l’ANSM a rendre un avis et à formuler des recommandations pour une évolution de ces prescriptions. Le décret est paru au Journal Officiel mercredi 24 février.

Ainsi, à partir du 24 mai 2021 la prescription de prégabaline sera soumise aux dispositions suivantes :

  • passage sur la liste I
  • prescription sur une ordonnance sécurisée
  • durée de prescription limitée à 6 mois
  • poursuite du traitement nécessitera une nouvelle prescription
  • Une ordonnance permettra une délivrance et 5 renouvellements de délivrance sur mention du prescripteur
  • Une nouvelle visite médicale et ordonnance sécurisée seront nécessaires au bout de 6 mois, le cas échéant.
  • Le chevauchement d’ordonnances reste possible pour éviter les ruptures de traitement.
Cette évolution n’a pas pour vocation d’interdire la prescription de prégabaline mais permettra d’éviter une banalisation de sa prescription, et  limitera l’usage d’ordonnance falsifiée.

En savoir plus ⤵️