PLF 2018 : vers une nouvelle baisse des crédits pour la prévention ?

publié le  |  Imprimer

Dès son entrée en fonction, Madame Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé, avait annoncé sa volonté de renforcer la prévention. Cette ambition politique, que nous saluons, semble se confirmer dans le cadre des travaux préparatoires de la future Stratégie Nationale de Santé (SNS).

Cependant, l’analyse de l’évolution des crédits du programme « prévention, sécurité sanitaire et offre de soins » du Projet de Loi de Finances 2018 nous inquiète vivement. En effet, si ce programme affiche une hausse globale, certaines actions connaissent une diminution importante. Plusieurs organismes sont impactés : -36% pour le Conseil national du sida et des hépatites virales ; -39% pour le Haut conseil de santé publique. Cette baisse concerne également le financement des organismes porteurs d’actions de prévention : – 11% sur les « infections par le VIH, les IST, les hépatites et la tuberculose » et –7% sur les crédits liés aux conduites addictives.

C’est dans ce contexte que l’association Aides, la Fédération Addiction et la Fédération Santé&Habitat ont souhaité interpeller la Ministre dans un courrier commun.

Nos demandes portent notamment sur le renforcement l‘offre de prévention existante et sur une meilleure articulation des différents plans et stratégies gouvernementales en matière de santé (stratégie nationale de santé, stratégie nationale de santé sexuelle, plan d’action interministériel « bien-être et santé des jeunes », stratégie gouvernementale de soutien à la parentalité, etc).