Parution de l’instruction budgétaire 2019 pour les ESSMS accueillant des personnes en difficultés spécifiques

publié le  |  Imprimer

La circulaire budgétaire 2019 relative aux établissements et services médico-sociaux accueillant des personnes confrontées à des difficultés spécifiques vient de paraitre. Elle précise les priorités budgétaires pour les CSAPA avec et sans hébergement, les CAARUD, les ACT, les LHSS, les LAM, et le « Un chez soi d’abord ». 

Une enveloppe en progression mais peu de mesures nouvelles pour les ESSMS spécialisés en addictologie

Pour l’année 2018, l’enveloppe globale s’élève à 661,5 M€, soit un taux de progression de +6,7% par rapport à 2018. Le montant de mesures nouvelles disponible en 2019 est de 29,5 M€ dont 7,4 M€ (25%) pour les ESSMS spécialisées en addictologie.

Le taux de reconduction global est fixé à 0,8%, soit 5,1 M€ de crédits. 

Les crédits dédiés aux extensions en années pleines 

Le montant de l’enveloppe consacré aux extensions en année pleine des mesures nouvelles de 2018 s’élève à 5,29 M€, dont :

  • 0,15 M€ pour le financement de salles de consommation à moindre risque (SCMR) sur 6 mois
  • 0,5 M€ le renforcement des Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) sur 6 mois
  • 0,25 M€ pour la mise à disposition de la Naloxone sur 6 mois
  • 0,92 M€ pour la poursuite du déploiement du dispositif « Un chez soi d’abord »

 Des mesures nouvelles qui restent très en deçà des besoins identifiés.

Les 7,4 M€ de mesures nouvelles affectés au financement du dispositif spécialisé en addictologie se répartissent de la manière suivante :

  • création d’une structure médico-sociale d’addictologie à Mayotte pour 1M€
  • poursuite du déploiement des CSAPA référents en milieu pénitentiaire (renforcement de 0,5 ETP de travailleur social et d’1 ETP pour les établissements de plus de 500 détenus) pour 0,18 M€
  • mise en place de consultations avancées de CSAPA vers les structures d’hébergement social (CHRS etc.) pour 1,2 M€  – Consulter l’article spécifique rédigé par la Fédération Addiction
  • amélioration de l’offre en matière de prise en charge et de réduction des risques et des dommages pour les usagers de drogues illicites pour 4 M€
  • création d’une salle de consommation à moindre risque (SCMR) à hauteur de 0,5 M€ sur 6 mois
  • renforcement en crédits non reconductibles afin de répondre à la situation de tension et aux besoins urgents de renforcement de l’offre en addictologie en Ile de France pour 0,5 M€
  • déploiement du programme « Un chez soi d’abord » pour 1,4 M€ 

Cette enveloppe reste très en deçà des besoins nécessaires au déploiement d’une offre d’accompagnement en addictologie à la hauteur des besoins identifiés auprès différents publics concernés et des enjeux de santé publique liés à ces comportements.