Nouveaux kits d’injection : le rôle des associations. Interview avec Catherine Duplessy de SAFE

publié le  |  Imprimer

Depuis le 1er octobre 2022, de nouvelles trousses de prévention pour l’injection sont disponibles. Elles ont été rendues possibles grâce à l’action des associations auprès du ministère de la Santé. Catherine Duplessy, directrice de SAFE, nous explique.

🔍 En savoir plus sur le contenu des nouveaux kits

Les derniers changements des trousses de prévention pour l’injection dataient de 1998. Quel a été le déroulé pour aboutir à ces kits actualisés ?

Catherine Duplessy : Au début des années 2010, les associations de réduction des risques et des dommages (RdRD) ont relevé l’absence de kits de prévention adaptés pour l’injection de médicaments et la nécessité de proposer aux usagers des matériels plus performants, notamment en matière de filtration.

À partir de 2014, le groupe d’experts « Traitement et réduction des risques en addictologie » (T2RA), réuni par la direction générale de la santé et présidé par le Dr William Lowenstein et Jean-Pierre Couteron, a mené une consultation auprès de professionnels de la réduction des risques, d’équipes de recherches, et représentants des usagers, et étudié la littérature scientifique disponible sur l’ensemble des outils de prévention, en vue de formuler des recommandations pour faire évoluer la composition des trousses d’injection.

En 2015, quatre CAARUD (Oppelia le Triangle – CAARUD l’Acôthé à Nantes, le CAARUD Planterose- CEID à Bordeaux, Gaïa à Paris et Oppelia Aria- CAARUD Ruptures à Lyon) et le dispositif national de RdR à distance ont distribué des kits expérimentaux (« Kit exper’ » 1mL et 2 mL) et accueilli les chercheurs de l’OFDT qui ont évalué leur acceptabilité par les usagers. Sur la base de ces travaux, la direction générale de la santé a, en 2021, fait évoluer le cahier des charges relatif à la composition des trousses de prévention, pour faire évoluer l’offre en pharmacie et dans les associations à partir du 1er octobre 2022.

Quels sont les apports des associations dans ce processus ? Comment avez-vous remonté les besoins des usagers ?

Les associations de professionnels de la RdRD et d’usagers ont été présentes tout au long du processus : propositions d’outils, tests sur le terrain, accueil des équipes de recherche, auditions par le groupe T2RA.

Nous avons défendu plusieurs points fondamentaux tels que :

  • le maintien à l’identique du prix de vente (tant pour les professionnels qui achètent au laboratoire que pour les usagers qui achètent en pharmacie) pour préserver nos capacités d’approvisionnement en matériels de prévention ;
  • le maintien d’un kit 1 mL permettant deux injections, afin de conserver les habitudes des usagers, optimiser l’utilisation de la place disponible dans les boîtes, et maintenir le niveau de recours aux seringues ;
  • la création d’un kit 2 mL pour répondre aux besoins des injecteurs de médicaments, qui n’étaient jusque-là pas pris en compte ;
  • l’inclusion d’un filtre à membrane de porosité 0,22 micron (efficace contre les bactéries et champignons, et contre les particules) et adaptable sur des seringues à aiguille sertie, qui sont celles qui disposent du plus faible espace mort et offrent ainsi une meilleure protection en cas de réutilisation/partage.

Comment allez-vous faire chez SAFE pour déployer ces nouveaux outils ?

SAFE va accompagner la diffusion de ces outils avec des messages et des sessions d’information pour les usagers afin qu’ils s’approprient le plus facilement possible ce nouveau matériel et, en particulier, le seul outil qui est réellement nouveau pour certains d’entre eux, le filtre à membrane.

De plus, les automates distributeurs de kits d’injection vont progressivement être rénovés et adaptés à ces nouvelles trousses, plus hautes que les précédentes. Ces travaux vont être financés par l’État, et SAFE accompagnera les équipes gérant des automates pour leur fournir les équipements et les instructions techniques nécessaires. L’adaptation des automates débutera avant décembre 2022 et devrait s’achever vers le mois de mars 2023.