Mutations de la vie nocturne – un article sur Bordeaux

publié le  |  Imprimer

Suite à son soutien à la Conférence de la Vie Nocturne qui s’est tenue à Paris les 14 et 15 septembre dernier, le journal 20 minutes fait un focus dans son édition du 14 septembre, sur les évolutions de la vie nocturne à Bordeaux. Le quotidien revient sur la situation des bistrotiers et l’action de la Mairie et des associations pour réduire les risques liés aux évènements festifs sur la ville.

Lire l’article du 14 septembre dans le 20 minutes Bordeaux, une vie nocturne de plus en plus éclatée

Noyades dans la Garonne, dispersion des lieux de fête à de nouveaux points de la ville, nouveaux modes de fête, attractivité, nuisances sonores… La gestion de la vie nocturne à Bordeaux est emblématique des évolutions amenées par la réduction des risques et des réponses possibles de la politique publique.

Dans un souci de régulation et non seulement de répression, la Mairie de Bordeaux et notamment les services en charge de la cohésion sociale cherchent et mettent en oeuvre d’autres politiques visant à « découpler la vie nocturne et les perturbations liées aux bruits des discothèques et bars ».

Cette réponse ne se base plus seulement sur la réduction des nuisances et sur les aspects sécuritaire mais veut trouver un équilibre, pour encourager un vivre-ensemble plus serein – en accompagnant la consommation d’alcool par exemple – tout en respectant la vie nocturne et la dynamique festive.

Le journal fait aussi le point sur l’engagement et les bénéfices des associations locales telle que le CEID, dont l’action en milieu festif – le dispositif HangOver Café – mis en valeur à la conférence de la vie nocturne, avait aussi été présenté et débattu lors de la Journée Régionale du 7 juillet à Bordeaux.