Mortalité des usagers de drogues : les résultats d’une étude dans le Nord Pas-de-Calais

publié le  |  Imprimer

Une conférence-débat du Granitea Nord/Pas-de-Calais s’est tenue le 2 mars 2010 à Lille. Elle a permis un débat à partir des résultats d’une étude sur la mortalité d’usagers de drogues réalisée à partir des services spécialisés de la région.

La surmortalité des usagers de drogues a été considérée comme un problème réglé à partir de la diffusion des traitements de substitution aux opiacés en France, au milieu des années 1990, partant de la rapide diminution des décès par overdose enregistrés par les services répressifs à partir de cette période. Nous avons cherché, par un recueil de cas auprès des services de soins pour toxicomanes de la région Nord – Pas-de-Calais (France), à apprécier le nombre de décès et à calculer un taux de mortalité parmi les usagers de drogues suivis.

58 cas ont été enregistrés en douze mois, soit un taux de mortalité compris entre 7 et 11%, selon le mode de calcul employé. Le nombre est beaucoup plus élevé que celui émanant du service d’enregistrement des décès (Inserm-CepiDC et Ocrtis). 50 cas interviennent chez des sujets de 15-44 ans ; leur taux de mortalité est 10 fois supérieur à celui de la population régionale de même âge.

Les décès concernent souvent des sujets qui étaient sous traitement de substitution aux opiacés et qui connaissaient la précarité. 5 de ces décès sont intervenus en prison.

Cette enquête a confirmé le sous-repérage de la mortalité des usagers de drogues et a validé la faisabilité d’un système basé sur une notification par des services d’accueil de première ligne ou de soins.

Téléchargez la présentation des résultats de l'étude, par Laurent Plancke, Sylvie Deheul
Téléchargez la présentation des résultats de l'étude, par Laurent Plancke, Sylvie Deheul

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Regard clinique sur la mortalité des usagers de drogues, par Patrick Véteau
Regard clinique sur la mortalité des usagers de drogues, par Patrick Véteau

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.