Marisol Touraine présente la Stratégie Nationale de Santé

publié le  |  Imprimer

strategie_nationale_de_santeLa Stratégie Nationale de Santé est en projet depuis février 2013 et veut améliorer le système de santé Français tout en l’adaptant aux mutations en cours (vieillissement de la population, développement des maladies chroniques, diversification des risques sanitaire, etc.).

La feuille de route de cette stratégie vient d’être rendue publique.

Dans « l’exposé des motifs » de la stratégie apparaît la question des addictions : « le fardeau des maladies non transmissibles est de loin le plus élevé et pèse sur la perte d’années de vie en bonne santé, les décès prématurés, le système de santé et le PIB. Les maladies non transmissibles ont représenté 87 % des décès en France en 2010. Quatre facteurs sont les causes majeures des maladies non transmissibles : tabac, alcool, mauvaise nutrition (HTA et surpoids) et sédentarité. » Le texte fait le lien avec la médiocrité de la politique française en matière de prévention et d’éducation à la santé.

Cette première partie de la feuille de route s’attarde ensuite sur la problématique des inégalités de santé et sur le lien entre les dépenses de santé et l’économie.

Suivent une série de recommandations politiques, qui s’articulent autour de trois grands axes :
1. Prioriser la prévention sur le curatif et agir sur les déterminants de santé
2. Mieux organiser les soins pour les patients, garantir l’égalité d’accès, en privilégiant une logique territoriale
3. Miser sur la déconcentration et renforcer la démocratie sanitaire

C’est dans le premier axe que sont plus spécifiquement citées les addictions.
« Les évolutions démographiques, le développement de pathologies chroniques et la lutte contre la mortalité évitable impliquent l’élaboration de grandes priorités de santé publique (santé des jeunes, tabagisme, obésité, santé mentale, cancers, maladies du vieillissement…) mobilisant tous les acteurs autour de prises en charge globales (promotion de la santé, éducation thérapeutique, dépistage, parcours pour maladies chroniques, prise en charge de l’entourage, recherche coordonnée…)  avec des objectifs chiffrés (tabagisme chez les femmes, réduction de l’obésité et du diabète, dépistage précoce du cancer du sein…). L’éducation à la santé fait déjà l’objet de certains programmes spécifiques à l’école avec des actions ciblées (nutrition, sexualité, addictions…). Le développement de programmes de formation des jeunes à la prévention et à la gestion des risques sanitaires renforcerait la possibilité donnée à chacun de mieux gérer sa propre santé. L’information et l’éducation à la santé favoriseront l’acquisition de comportements et de modes de vie ayant un impact favorable sur l’état de santé. »
La feuille de route insiste également sur l’importance de porter une attention particulière aux plus démunis.

La Stratégie Nationale de Santé donnera lieu à l’organisation, dans les prochains mois, de forums en régions afin de mobiliser citoyens, professionnels de santé, élus et partenaires sociaux autour de la préparation de la future loi de 2014. La Fédération Addiction y apportera tout son concours et une série de recommandations concernant les addictions

>> Consulter les documents sur le site du Ministère de la Santé