L’Uniopss publie sa plateforme d’interpellation des candidats à l’élection présidentielle

publié le  |  Imprimer

Les associations de solidarité réunies au sein de l’Uniopss lancent un appel aux candidats pour redonner du sens aux politiques sociales et faire de la cohésion sociale une priorité pour les cinq ans à venir. La Fédération Addiction, adhérente à l’Uniopss, soutient l’initiative.

Préoccupations

La plateforme rédigée par l’Uniopss met en valeur les quatre préoccupations principales des associations de solidarité :
1. Si le système de protection sociale résiste encore pour faire face aux risques sociaux classiques (maladie, famille, retraite, chômage…) et jouer son rôle d’amortisseur, il s’essouffle et ne répond pas aujourd’hui aux besoins nouveaux (pauvreté, ghettoïsation, vieillissement, solitude).
2. Se développe progressivement une société où se creusent les exclusions et les inégalités dans l’accès à la protection sociale, à l’emploi, à la santé, à l’éducation…
3. L’idéologie du marché prend le pas sur l’intérêt général et aggrave la situation des plus vulnérables. De plus, dans de nombreux secteurs, la responsabilité individuelle tend à se substituer à la responsabilité collective (franchises, forfaits, contractualisation des aides), réduisant d’autant l’intensité de la solidarité.
4. Les politiques d’économies mises en œuvre, associées à une règlementation foisonnante, compromettent les réponses apportées par les acteurs non lucratifs qui mettent en œuvre une grande part des politiques publiques dans les champs social, sanitaire et médico-social.

Propositions

Les propositions des associations sont de quatre ordres :

  • promouvoir une société d’inclusion
  • conforter le socle solidaire de la protection sociale
  • changer d’état d’esprit dans la conception et la mise en œuvre des politiques sociales
  • miser sur la société civile et soutenir la vie associative

Sur le site de la plateforme, retrouvez le détail des propositions et des interviews de personnalités du secteur et de chercheurs.

Tout citoyen peut signer cette plateforme.