international

Le jeu compulsif : vérités et mensonges


Auteur : Amnon Jacob Suissa
Date de parution : mai 2006
Editeur : Fides
Nbr de pages : 304
ISBN : 2762126576

Les espaces de jeux de hasard et d’argent connaissent, depuis quelques décennies, une fulgurante expansion. Alors que les études scientifiques à travers le monde démontrent que l’accessibilité aux espaces de jeux contribue à augmenter certains problèmes psychosociaux, le discours dominant continue de s’appuyer sur des stratégies parfois douteuses pour légitimer une politique de statu quo et de laisser faire. Dans la mesure où les gouvernements impliqués dans la promotion du jeu sont aussi censés protéger les populations et l’intérêt public, des conflits d’intérêt et des contradictions fondamentales dans leurs propos méritent d’être soulignés. A qui profitent réellement les jeux de hasard et d’argent ? Le jeu compulsif est-il essentiellement causé par un désordre individuel d’impulsion ou n’est-il pas également influencé par les manoeuvres d’une industrie dont le but premier est l’augmentation des profits ? Ce livre démontre que le phénomène de la dépendance est d’abord un problème social. Au concept de pathologie et de maladie du jeu compulsif, qui accentue les problèmes de dépendance du joueur en exagérant ses carences (une fois joueur, toujours joueur), l’auteur oppose une approche qui met plutôt en valeur les forces des individus dans leur style de vie, leur milieu familial, social et professionnel. A travers un survol des réalités socioculturelles du jeu compulsif ailleurs dans le monde, il met également en lumière le fait que la dépendance au jeu est aussi inscrite dans la culture. Des pistes d’intervention pour accompagner les personnes dépendantes et leurs proches complètent l’ouvrage.

Docteur en sociologie et thérapeute familial, Amnon Jacob Suissa est professeur au département de travail social et des sciences sociales à l’Université du Québec en Outaouais. Il s’intéresse particulièrement aux déterminants sociaux des dépendances et à leur impact sur le processus de traitement et de réinsertion sociale. Outre la publication de nombreux articles scientifiques et de vulgarisation, il est l’auteur de Pourquoi l’alcoolisme n’est pas une maladie (Fides, 2008).