Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale

publié le  |  Imprimer

Le 9 septembre se déroule la Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation foetale (SAF). A cette occasion, Santé publique France :

  • publie pour la première fois une estimation nationale des troubles causés par l’alcoolisation fœtale diagnostiqués chez les nouveau-nés ;
  • présente les résultats du Baromètre santé 2017 sur la consommation d’alcool pendant la grossesse ;
  • déploie à partir du 9 septembre et durant un mois, une campagne nationale d’information dans la presse et sur le web, à la fois auprès du grand public et des professionnels de santé : toute consommation d’alcool pendant la grossesse est susceptible de présenter un risque, imposant le principe de précaution « zéro alcool pendant la grossesse ». Cette campagne est déclinée dans les DOM.

Boire de l’alcool pendant la grossesse est toxique pour le fœtus et peut entraîner diverses complications (retard de croissance, atteintes du système nerveux central, malformations…), dont le syndrome d’alcoolisation fœtale est la forme la plus grave. La consommation d’alcool pendant la grossesse représente la première cause de handicap mental non génétique et d’inadaptation sociale de l’enfant en France. L’état actuel des connaissances ne permet pas de définir le seuil de consommation d’alcool en-dessous duquel il n’y aurait pas de risques pour le bébé. Ainsi les autorités sanitaires recommandent-elles par principe de précaution de s’abstenir de toute boisson alcoolisée pendant la grossesse.

>> Plus d’information sur le site de Santé Publique France

Les professionnels de santé, et notamment ceux des addictions, ont un rôle important à jouer auprès des femmes, tant en matière de prévention et d’intervention précoce qu’en réduction des risques et en soin. La prise en compte des consommations et de leurs conséquences chez la femme enceinte gagne à être intégrée dans un accompagnement plus global des femmes, adapté à leurs spécificités.

Pour approfondir ces questions, la Fédération Addiction a participé à la traduction d’un guide sur la consommation de substances psychoactives pendant la grossesse pilotée par le Respadd. L’ouvrage fait le point sur les risques en fonction des produits et des types d’usages, mais aussi des contextes de vie. Il fait un certain nombre de recommandations pratiques accessibles aux professionnels de l’addictologie et, plus largement, à ceux de la santé. Rappelons également qu’en 2011, le Ministère du travail, de l’emploi et de la santé avait publié un guide à l’usage des professionnels, consacré exclusivement à l’alcool et la grossesse.

Enfin, le projet Femmes et addictions a abouti à la publication d’un guide sur l’accompagnement des femmes présentant des conduites addictives, qui donne des repères pour mieux aller vers les femmes et adapter la prise en charge de celles-ci.