Journée internationale de sensibilisation aux surdoses : communiqué interassociatif

publié le  |  Imprimer

Depuis 2001, la Journée internationale de sensibilisation aux overdoses, interpelle la communauté internationale sur les dégâts liés aux overdoses qui, quand elles ne sont pas mortelles, abîment considérablement la personne et impacte directement son entourage. Elle répand aussi le message que la tragédie d’une mort par surdose est évitable. À cette occasion, la Fédération Addiction est signataire d’un communiqué interassociatif sur l’accès à la naloxone.

La Fédération Addiction se mobilise sur les surdoses et la naloxone depuis de nombreuses années : pour sensibiliser les responsables politiques à cette question, pour faire évoluer les représentations, pour impliquer l’ensemble des parties prenantes (personnes concernées et leur entourage, dispositifs spécialisés, médecins, pharmaciens, institutionnels ..) et élaborer des outils concrets pour accompagner la mise en œuvre (campagne de communication, plateforme partenariale de formation,…). Vous pouvez retrouver les éléments dans notre dernière newsletter.

Si des avancées ont pu être obtenues, ils restent encore des étapes pour parvenir à la mise en place d’une réponse ambitieuse pour éviter des morts. Retrouvez le communiqué de presse inter-associatif :

Journée internationale de sensibilisation aux surdoses : où en sommes-nous ?

Le 2 septembre 2019, l’association France Patients Experts Addictions (FPEA) organisait une conférence de presse à l’Hôpital Marmottan à l’occasion de l’Overdose Day 2019 en partenariat avec le Fonds Addict’Aide Professeur Michel Reynaud, la Fédération Française d’Addictologie, la Fédération Addiction et de nombreuses associations de réduction des risques pour évoquer la crise des opioïdes et formuler des propositions pour la gérer au mieux.

  • Deux ans plus tard, le constat reste aussi alarmant. En tant qu’organisations investies auprès et avec les personnes concernées par les usages de substances opioïdes et les risques de surdoses associés, nous sommes contraints de reformuler les mêmes recommandations pour faire valoir leurs besoins spécifiques qui sont exacerbés dans le contexte de la pandémie.
  • Nous souhaitons que les circuits de distribution existants via les pharmacies d’officine directement ou par le biais de conventionnements facilités avec les CSAPA/CAARUD soient renforcés.
  • Nous souhaitons la mise à disposition d’une forme de naloxone intranasale non soumise à prescription médicale (pour qu’elle soit disponible en CAARUD et CSAPA et auprès des autres équipes de réduction des risques ou d’urgence) et inscrite sur la liste des médicaments remboursables pour faciliter l’accès et la délivrance en pharmacie d’officine.
  • Nous recommandons d’autoriser les structures CSAPA et CAARUD, n’ayant plus de stock, à directement commander la naloxone (Nyxoïd® ou Prénoxad®) et de le régulariser sur leur budget de crédits non reconductibles (CNR) a posteriori.
  • Nous recommandons de diffuser la naloxone via la réduction des risques à distance (RDRAD).
  • Nous souhaitons le renforcement des messages de réduction des risques (RDR) sur les risques d’overdose et une communication officielle sur la nécessité que les personnes faisant usage d’opioïdes (quelle qu’en soit la nature ou l’origine du produit), leur entourage, les services de secours, les pompiers et forces de l’ordre, tout acteur du social soient sensibilisés à ces risques et aient de la naloxone à
    disposition.
  • Nous souhaitons une communication officielle de la part de la direction générale de la santé et de la Mission interministérielle de lutte contre le drogues et conduites addictives (MILDECA) auprès des structures de RDR et agences régionales de santé (ARS) sur le fait qu’une formation homologuée n’est pas obligatoire pour assurer la diffusion de la naloxone.

Nous regrettons qu’après la relance de la campagne sur la prévention des surdoses lors du 1er confinement – qui avait permis de remettre sur le devant de la scène l’accès à la naloxone, ainsi que l’élargissement de prescription à 28 jours de la méthadone – nous ne disposions toujours à ce jour que d’une forme d’administration de la naloxone et que nous n’ayons aucune perspective de disposer à court terme d’une forme de naloxone intranasale non soumise à prescription médicale.

Cette période a pourtant rendu l’usager de drogue acteur de ses soins et de ses choix.

Il est dommageable que l’accessibilité globale à la naloxone ne soit pas améliorée, que ce soit en termes de formations, de campagnes de prévention ou de mises à disposition.
Améliorer l’accès à la naloxone à certains moments à risques (sevrage, sortie de prison, augmentation de la douleur, début de traitement de substitution aux opiacés (TSO)) c’est aussi réduire les risques de surdoses liés aux produits illicites (fentanyl, héroïne) ainsi qu’aux produits licites (TSO et antalgiques comme le tramadol®).

Tous les professionnels de la réduction des risques, les pharmaciens, les médecins généralistes, les professionnels des services d’urgences, etc. n’attendent que d’avoir à disposition ce médicament qui sauve des vies !

Même si 80% des surdoses sont imputés aux opioïdes, il est essentiel d’alerter, former, accompagner sur les risques liés aux polyconsommations et aux overdoses non opioïdes (psychostimulants, crack, alcool…).

15% de décès par surdoses supplémentaires durant la période de la pandémie, c’est déjà trop avec les outils à notre disposition aujourd’hui.

Il est temps d’agir !

Liste des signataires : FPEA – France patients experts addictions), Fonds Addict’Aide Professeur Michel Reynaud, Addiction alcool vie libre, Addictions France, AGRRR – Association guyanaise de réduction des risques, Anne Coppel, ASUD – Auto-support des usagers de drogues, CAMERUP – Coordination des associations et mouvements d’entraide reconnus d’utilité, publique, Collectif Police contre la prohibition, Entraid’Addict, Fédération Addiction, Fédération française d’addictologie, Fédération nationale des amis de la santé, Fédération nationale joie et santé alcool écoute, Fédération SOS Hépatites, Frisse, Gaia, Hôpital Marmottan, Dr Bertrand Lebeau-Leibovici, La Croix Bleue, L630, OFMA – Observatoire français des médicaments antalgiques, Oppelia, PsychoActif, Principes actifs, SAFE, SOS Addictions, SOS Hépatites Paris Île-de-France, USPO – Union de syndicats de pharmaciens d’officine

📁 Téléchargez le communiqué en PDF

Pièces jointes

CP ODday 2021 LOGOS FPEA
CP ODday 2021 LOGOS FPEA