La continuité des soins, dans et en dehors de la prison

Imprimer

Les personnes sous main de justice présentant des conduites addictives sont confrontées à des enjeux situés à l’intersection du soin et de la sanction. Bien qu’amenés à coopérer dans le cadre des soins obligés, les professionnels de santé et ceux de la justice s’inscrivent dans des logiques d’intervention différentes. Leurs objectifs, pratiques, contraintes et obligations respectifs peuvent paraître éloignés voire contradictoires.

Ces éléments constituent souvent un frein à une collaboration optimale, pourtant essentielle pour accompagner les personnes placées sous main de justice. A l’heure où le dispositif judiciaire évolue (mise en place de la contrainte pénale, extension de l’injonction thérapeutique, instauration d’une interface par le médecin-relais, « stages de sensibilisation aux dangers de l’usage de produits stupéfiants »), il semble opportun de tenter de définir les cadres d’intervention des uns et des autres et pourquoi pas, d’en organiser un en commun.

Comment faire coïncider la logique judiciaire dont la mission est de protéger la société, garantir le vivre-ensemble, lutter contre la récidive, avec la logique soignante basée sur le volontariat, l’adaptation au rythme de l’usager ?
Comment saisir l’opportunité de la «rencontre obligée» pour permettre à l’usager de s’approprier la démarche, de trouver un intérêt à l’écoute et à l’accompagnement qui lui sont proposés et ce faisant, de dépasser la pression de la contrainte ?
Comment les professionnels du secteur médico-social et sanitaire travaillent-ils la réalité du soin sous contrainte?
Comment ceux de la justice peuvent ils articuler, sanction, soin et insertion ?
Quelles en sont les conséquences et les modifications sur les accompagnements et les prises en charge ?

Afin de répondre à ces questions, cette formation s’appuie sur le travail de professionnels du soin et de leurs partenaires de la « justice ». Elle s’adresse aux professionnels des dispositifs en addictologie (CSAPA, CSAPA référents, ELSA…), des unités sanitaires et SMPR ainsi qu’au personnel judiciaire (SPIP, magistrats, etc.).

Fil Rouge de la formation : Patrick VETEAU, administrateur de la Fédération Addiction, psychologue clinicien, directeur de l’«accueil temporaire pour la réinsertion» (ATRE).

Dates:

23 et 24 novembre 2017

Durée:

2 jours (14 heures)

Lieu:

Siège de la Fédération Addiction – Hôpital mère enfant de l’Est Parisien – 9, rue des Bluets – 75011 PARIS