Nouveaux enjeux, nouvelles pratiques, nouvelles postures : quels changements possibles en résidentiel ?

Imprimer

A l’apparition d’une offre de soin auprès des personnes souffrant d’addiction, la proposition du soin résidentiel était le modèle de première intention. Il reposait notamment sur un éloignement, visant à proposer un lieu sûr, facilitant le travail de renforcement de l’abstinence, acquise préalablement en cure.
L’arrivée de la subsitution, le développement de la RDRD, la promulgation de loi 2002-2, la structuration de l’offre de soin ambulaire, l’apparition de l’addictologie, ont successivement impacté le « modèle » du soin et donc de l’offre résidentielle.

Aujourd’hui, alors que l’offre de soin s’est diversifiée, que l’accompagnement se doit d’être personnalisé et que la notion de parcours de l’usager est confrontée à la complexité, l’évolution du profil des publics accueillis (issus de structures « bas seuil », vieillissants avec des comorbidité psychiatriques ou encore rencontrant des troubles neuro-psychologiques) et de leurs demandes, accentuent cette perception.

Quelles répercussions ont ces différentes évolutions en termes de pratiques et d’organisation du cadre de soin ? Quelles actions possibles entre engagement intellectuel et éthique ? Quelles perspectives et quelles limites ?

Destinée aux professionnels intervenant en soin résidentiel en addictologie, cette formation vise à leur permettre d’aborder les missions et intérêts des dispositifs d’un point de vue historique et réglementaire, jusqu’aux enjeux actuels en termes d’évolution des pratiques.

 

Je souhaite m’inscrire à la formation

Dates:

5, 6 et 7 Novembre 2019

Durée:

3 jours (21 heures)

Lieu:

La formation se tient dans les salles de formation de la Fédération Addiction au 104 rue Oberkampf, 75011 Paris.

La salle de formation se trouve au fond de la Cité du Figuier à gauche.