Retour sur la journée « Être acteur de son parcours » – synthèse et plénière

publié le  |  Imprimer

La Fédération Addiction mène depuis trois ans une réflexion sur l’Articulation des acteurs de soin engagés dans les suivis en addictologie. Dans le cadre de ce projet, notre réseau a organisé une démarche participative rassemblant près de 60 professionnels des secteurs sanitaire, médico-social et de la ville.

Au fil de ces échanges, les professionnels ont partagé à de nombreuses reprises le constat que l’usager du dispositif est au cœur du travail commun entre acteurs. C’est son besoin qui détermine la collaboration entre acteurs et la construction d’un parcours de soin.

La Fédération Addiction a donc souhaité offrir un espace de réflexion et de recueil de la parole et du point de vue sur leur parcours des personnes concernées par l’addiction.

salleElle a organisé à cet effet un séminaire « Être acteur de son parcours : la parole aux usagers » le 6 mars dernier à Paris.

Une table ronde et quatre sessions d’ateliers

Organisé autour d’une table ronde et de 4 sessions d’ateliers, la journée a rassemblé une soixantaine de participants, dont 27 personnes engagées ou ayant connu un parcours dans le système de soin pour des problématiques addictives.

 

tabble rondeA la table ronde du matin ont été abordés :

  • Les apports de la recherche française et étrangères sur la participation des personnes
    Par Emmanuelle Jouet, Chercheuse au laboratoire de l’EPS Maison Blanche

 

  • Parcours de vie/Parcours de soin, l’autonomie et les différents savoirs
    Par Aude Lalande, éthnologue
  • Les stratégies alternatives et les nouveaux chemins du soin
    Par Pierre Chappard, président de Psychoactif

Retrouvez la table ronde en vidéo !

 

Une journée pour apporter un regard nouveau sur le soin

retour atelierQuel regard les personnes accueillies portent-elles sur l’offre de soin (que les personnes s’en emparent ou non) ?

Qu’est-ce qui a permis la rencontre avec le soin dans le parcours de vie? Quels éléments ont facilité l’appropriation du suivi? A l’inverse, quelles sont les points qui auraient pu être améliorés?

Quelles pistes pour l’avenir ? Quelle place pour le médiateur pair? Pour l’autosupport? Pour les stratégies alternatives?

Toutes ces questions ont fait l’objet de première pistes de réponse par les usagers eux-mêmes. Une fois formalisées, elles viendront nourrir le site internet Interagir autour des addictions qui vient d’être mis en ligne, et propose des outils pour faciliter et promouvoir les articulations entre différents acteurs de soin, autour et toujours avec la personne accueillie.