Digital Detox Day 8 : télétravail, osons et dosons !

publié le  |  Imprimer

Dans le cadre des 3D8 (ou DDD 8 : Digital Détox Day) Thierry Le Fur, expert en comportements numériques et addictifs nous invite ce mois de juin à s’intéresser au télétravail : il est riche d’enseignements et prometteur… si sait en oser le développer et en doser les pratiques.  

Rappel : que sont les 3D8 (DDD 8) ?

Le 8 janvier 2018 étaient lancés les DDD 8 (devenus « 3D8 ») pour prendre un temps le 8 de chaque mois pour améliorer et sécuriser nos pratiques numériques : au travail ou en classe, pour soi ou ses enfants. 3D8 comme… Digital Détox Day, Droit à une Déconnexion Discernée ou comme vous voulez ! (N.B. le livret blanc du mois est accessible en bas de cette page).

Observer le numérique par le télétravail : une belle opportunité !

La période de confinement s’est traduite dans le monde du travail par un usage inédit du télétravail. Nous bénéficions aujourd’hui de retours inédits et multiples : ‘’normalement’’ utilisé 2 jours par semaine il a été utilisé 5 jours sur 7 jours, voire en mode 7/7. Durant cette période, le télétravail de marginal ou complémentaire est devenu un temps essentiel et unique. Il aura été utilisé sous toutes ses formes et beaucoup de collaborateurs et managers ont découvert l’usage intensif des visioconférences et la puissance et facilité du ‘’richmedia’’ : échanges visuels et sonores, interactifs et multi-interlocuteurs, enrichis des transferts de textes et intégration des ‘’powerpoints’’, prise en main à distance, etc.)..

Ainsi bénéficions-nous d’informations factuelles, très récentes et peut-être surtout qui ‘’parlent’’ à tout le monde : la majorité du management et cette fois-ci y compris le ‘’Top’’ (Codir, comex) a pu en mesurer l’intérêt et les limites à ne pas dépasser (beaucoup ayant travaillé en ‘’visio’’ intensives ont terminé le confinement… épuisés). Pour mener des opérations de Qualité de Vie au Travail et prévention des conduites à risques, cette sensibilisation « en réel » des décideurs est un atout. Et ce n’est pas un hasard si MEDEF et gouvernement viennent de lancer une opération diagnostic sur le télétravail avec les partenaires sociaux.

Les pratiques professionnelles et personnelles toujours plus reliées

Alors que le monde du travail se préoccupe depuis des années de la porosité grandissante entre vie professionnelle et privée, le confinement à relié un temps pour le meilleur et le moins bon ces deux dimensions de notre vie. Les périodes d’après le confinement impliquent une nouvelle approche : la porosité s’est actée et ainsi la nécessité de disposer de repères et bonnes pratiques individuelles et collectives. Ces connaissances seront pour une part également transposables dans nos vies.

Sur fond de stress collectif liée à la situation sanitaire et économique et de difficultés individuelles liées à une période trop longue de confinement, les séquelles seront ‘’légers’’ ou ‘’profonds’’ : les suicides de personnes anxieuses, étudiant grandes écoles, Ministre des Finances Allemand, etc. l’attestent. Dans ce contexte nous ne sommes pas « coupé en deux », où tous nous saurions laisser les problèmes économiques et professionnels dont la peur du chômage au bureau, et ne pas les laisser entrer à la maison. Symétriquement c’est aussi vrai : c’est en apprenant à aller mieux et développer une qualité de vie au travail et globale que nous pourrons traverser les zones de turbulences actuelles. Le numérique devenu pour la majorité d’entre nous l’activité professionnelle et personnelle principale constitue par le télétravail le meilleur des observatoires de nos comportements : profitons en pour bénéficier d’un minimum de repères en cette période ‘’déboussolante’’.

Préservons le « positif » de l’expérience unique du confinement

Par-delà les difficultés et drames du confinement, l’obligation de revoir notre vie différemment tant professionnelle que personnelle nous a permis de découvrir et de mettre en pratique de façon souvent heureuse voire salvatrice bien des activités. Les visioconférences traitant du développement personnel sous toutes ses formes – gymnastique en groupe comprises – ont permis à beaucoup d’entre nous de redécouvrir les secrets de la meilleure forme : de quoi donner envie après le déconfinement le poursuivre de façon plus conviviale ou en extérieur les mêmes activités. Les Digital Détox Day 8 ont choisi la Boussole Temporelle comme fil rouge de longue date : nous ne pouvions pas prévoir ce confinement long et et savoir qu’elle ferait autant sens pour y voir clair dans nos ressources possibles (certains d’entre-nous s’étant même perdus dans la pléthore de visioconférences et méthodes personnelles !). Il en va de même pour le télétravail qui a connu un véritable engouement et dont l’engagement des collaborateurs a surpris heureusement bien des managers.

Mais il va falloir consolider tous ces acquis : la tentation de « revenir à avant » va être grande. Pour notre grand témoin Alain Benlezar Pdt d’Ingenium Mens Sano et ex-Directeur QVT d’un grand groupe aéronautique, « le télétravail s’est érigé comme un axe essentiel de la réflexion sur le « comment mieux vivre et travailler numériquement demain » et implique de  « réaliser une  enquête-retour  d’expérience par questionnaire individuel » pour par exemple réaliser dans les entreprises un « accord-cadre » sur les objectifs, règles, acteurs et moyens, fondés sur les 7 critères de réussite du télétravail qu’il propose. Cela va dans le sens des travaux lancés par les représentants des pouvoirs publics, des entrepreneurs et des salariés et agents : favoriser les pratiques efficientes, stimulantes, facilitantes et performantes et simultanément prévenir et réduire les risques de toutes natures (isolement, troubles anxieux, conduites excessives, chroniques et addictives au travail et au numérique ou associées).