- Fédération Addiction - https://www.federationaddiction.fr -

Digital Detox Day 8 : Journée internationale des droits des femmes

Dans le cadre des 3D8 (ou DDD 8 : Digital Détox Day) Thierry Le Fur, expert en comportements numériques et addictifs nous invite lors de la Journée internationale des droits des femmes à penser équilibres des tâches et éducation au foyer et en télétravail entre femmes et hommes.

Rappel : que sont les 3D8 (DDD 8) ?

Le 8 janvier 2018 étaient lancés les DDD 8 (devenus « 3D8 ») pour prendre un temps le 8 de chaque mois (ou le jour qui convient le mieux) pour améliorer et sécuriser nos pratiques numériques : au travail ou en classe, pour soi ou ses enfants. 3D8 comme… Digital Détox Day, Droit à une Déconnexion Discernée ou comme vous voulez ! (N.B. le livret blanc du mois est accessible en bas de cette page).

Temps consacrés au foyer (ex. éducation) : pour l’équité femme-homme !

Parmi les domaines qui prennent le plus de temps, l’éducation des enfants est bien présent. Représentations sociales un peu trop ancrées ou contingences factuelles, si certaines activités peuvent être plus dévolues à l’un ou l’autre des genres et si la proximité de la mère au tout début de la vie de l’enfant l’invite à certains réflexes, l’éducation aux comportements numériques doit être répartie de façon globalement égale entre les deux partenaires : et là il y a des progrès à faire !

Le rapport avec le numérique ? Quand les partenaires sont hyperconnectés, le temps qu’ils offrent à l’éducation des enfants et leurs présence ‘’réelle’’ – pas une écoute distraite le regard accaparé par l’écran – est souvent trop faible. Quand de surcroît une femme doit assurer en trop grande partie les multiples tâches ménagères, elle n’a plus assez de temps à consacrer à l’enfant… ni à elle-même !  Sur une semaine 93% (F) ont fait le ménage v.s. 40% (H) selon le CREDOC. Avec le confinement et le télétravail ça peut être pire : « « A l’ère du télétravail, la charge domestique des mères de famille serait accentuée et les desservirait pour mener à bien leur carrière professionnelle. » indique Clara Hage dans l’OBS, selon des travaux du Laboratoire (Liepp) et le programme de Sciences-Po (Presage).

Développer une culture et une éducation des bons comportements et pratiques numériques conditionnent les équilibres de chacun… et de tous !

L’éclairage d’une pédopsychiatre : le Dr Marie-Claude BOSSIERE

Dans ce numéro lié à la Journée Internationale des Droits des Femmes, nous avons la chance de recevoir l’éclairage et les conseils d’une  psychiatre à la Maison… des Femmes (Saint Denis (93)).

Surtout ce numéro est consacré largement à l’éducation des enfants (0-18 ans) : Marie-Claude BOSSIERE est pédopsychiatre, praticien hospitalier, et est engagée depuis des années dans l’information des effets des écrans sur le développement des jeunes enfants, et participe à ce titre aux activités du collectif CoSE (Collectif Surexposition Ecrans). Elle participe au groupe de recherche de l’Institut de Recherche et d’Innovation (IRI), créé au sein du centre Pompidou par Bernard Stiegler et Vincent Puig, axé sur une nouvelle clinique contributive sur le territoire de Plaine Commune (93). Ainsi nous bénéficions de la contribution d’une authentique spécialiste, praticienne et engagée !

A travers ces Digital Détox Day 8, le Docteur Marie-Claude Bossière nous alerte – comme depuis déjà si longtemps – sur les effets des abus et mésusages des temps d’écran, dont chaque étude confirme un peu plus les risques et troubles de toutes natures. Pourtant en indiquant que les parents sont désemparés… mais réactifs, on  comprend que tout n’est pas perdu si on développe cette éducation aux pratiques et comportements numériques qui font trop défaut aujourd’hui.

Et notre « Boussole Temporelle » ?

Les lecteurs des Digital Detox Day 8 le savent. Il n’est plus à prouver que les temps d’écran sont un sujet-clé des risques liés au numérique car ils affectent nos bonnes « temporalités » sous toutes leurs formes : les « durées » qui entrainent le soir des pratiques « tardives » donc aux mauvais « moments », une « permanence » des usages parfois jusqu’à des conduites « chroniques »  qui dérégulent nos « biorythmes », l’intérêt trop grand pour le numérique qui se couple avec un désintérêt et un « manque de temps » pour les liens sociaux en vrai (situation aggravée par les confinements, couvre-feu et télétravail massif) jusqu’à la « simultanéité » d’actions – le multitasking ou faire plusieurs tâches à l’écran « en même temps » – qui fait perdre le sens des « chronologies » et donc des « priorités ». Et cette liste de « mots-clé » des temps et temporalités est loin d’être exhaustive !

Ainsi la partie « Boussole Temporelle » pour l’éducation des enfants, est consacrée aux repères qui sont liés à toutes les temporalités tels les temps d’écrans (et type de contenu) par âge : en une décennie, du Prix Nobel de Médecine consacré à nos horloges biologiques à la masse des données chrono-comportementales offertes par le Big Data et analysées par les plus grands chercheurs en lien avec les praticiens, nous disposons de bons repères pour nous orienter dans ce monde numérique !

 

Livret DDD8 Mars 2021 : Jour Droits Des Femmes