COVID19 : doctrine interministérielle sur les tests et rapport de la HAS sur les TROD

publié le  |  Imprimer

Outil indispensable de la lutte contre la pandémie en cours, la stratégie de dépistage se précise. Parmi les objectifs, l’accès des publics les plus vulnérables et notamment les plus éloignés du soin est en enjeu fort, qui invite à penser l’implication des acteurs qui sont à leur contact de manière privilégiée dans cette stratégie, implication que le Bureau de la Fédération Addiction défend et invite à organiser.

L’avis de la HAS sur les TROD enfin publié le 14 mai va dans le sens de ce que nous défendions dans cette note de positionnement. Le conseil d’administration de la Fédération Addiction se réunit ce lundi pour valider nos préconisations opérationnelles pour une mise en oeuvre dans le réseau en articulation avec les tests virologiques.

Une instruction des ministères de la Santé et de l’Intérieur sur l’accès aux tests PCR

L’accès au tests PCR est désormais encadré par la circulaire interministérielle du 6 mai. Elle est organisée en 3 axes :

  • Organiser le dépistage de toute personne présentant des symptômes et/ou ayant été au contact d’une personne contaminée
  • Mettre en œuvre un dispositif de recherche de cas contact robuste permettant d’identifier rapidement 75% des personnes infectées
  • Engager le plus précocement les mesures de gestion des cas confirmés et des cas contacts identifiés à risque.

A retenir : En l’état, les prescriptions peuvent être faites par tout médecin. Il n’y a pas d’obstacle à ce que la prescription soit faits par le médecin du CSAPA.

De plus les établissements médico-sociaux du secteur Publics en difficultés spécifiques (CSAPA,CAARUD,ACT, LHAM,LHHS) sont habilités à réaliser les tests PCR (depuis l’arrêté du 14 aout 2014), bien évidemment s’ils disposent de matériel de protection pour effectuer les prélèvements.

📥Télécharger l’instruction interministérielle relative à la stratégie de déploiement des tests, traçabilité des contacts et mesures d’isolement et de mise en quarantaine.

L’organisation du dépistage sérologique par tests rapides d’orientation diagnostique (TROD)

La Haute Autorité de Santé vient de faire paraître ce lundi 18 mai 2020un rapport d’évaluation sur la « Place des tests sérologiques rapides (TDR, TROD, autotests) dans la stratégie de prise en charge de la maladie COVID- 19. »

Sur les TROD spécifiquement, la HAS recommande sous réserve d’une évaluation par le CNR (à paraître), l’utilisation pour les cas suivants ⤵️

  • dans le cadre d’enquêtes épidémiologiques ;
  • dans le cadre d’orientation diagnostique de COVID-19 chez des patients ayant des difficultés d’accès à un laboratoire de biologie médicale (en secteur rural isolé, populations marginalisées, grande précarité, migrants…) dans les indications suivantes :
    • orientation diagnostique initiale de patients symptomatiques sans signe de gravité suivis en ville, si tableau clinique évocateur et test RT-PCR négatif,
    • orientation diagnostique de rattrapage chez des patients symptomatiques avec suspicion clinique sans signe de gravité mais n’ayant pas été en mesure de réaliser un test RT-PCR avant sept jours,
    • orientation diagnostique étiologique à distance chez des patients symptomatiques sans signe de gravité diagnostiqués cliniquement mais n’ayant pas fait l’objet d’une RT-PCR ;
  • orientation diagnostique de rattrapage chez les professionnels soignants et les person- nels d’hébergements collectifs symptomatiques sans signe de gravité ;
  • orientation diagnostique chez les professionnels soignants et les personnels d’hébergements collectifs non symptomatiques lors de dépistage et détection de personne-contact par RT-PCR selon recommandations en vigueur après une RT-PCR négative, uniquement à titre individuel sur prescription médicale.

📥 Télécharger le rapport d’évaluation de la HAS