COVID-19 : Interview avec Carole ALIXE, responsable du CAARUD Croix Rouge de la Martinique

publié le  |  Imprimer

En ces temps inédits, les acteurs se mobilisent au quotidien, et adaptent voire bouleversent leurs pratiques pour sécuriser, rencontrer et maintenir le lien avec leurs publics. De l’aller vers à la coopération, nous avons souhaité valoriser ces pratiques ajustées au temps de la crise. Découvrez notre série de témoignages.

Interview avec Carole Alixe, responsable du CAARUD Croix-Rouge de la Martinique

Pourriez-vous nous présenter votre structure et votre association ?

La Croix-Rouge Martinique fait partie de l’entité Croix-Rouge France .
Elle se décline comme suit : Croix-Rouge France – Croix-Rouge Outre mer – Croix-Rouge Antilles

La Croix-Rouge Antilles est composée de la Martinique , la Guadeloupe , St Martin et St Barthélémie. Elle est dotée d’un directeur territorial.

A la Martinique, la directrice d’établissements gère 4 pôles :

  •  Le pôle personnes âgées (SSIAD , ESA, CAJA)
  •  Le pôle hébergement (ACT,CHRS)
  •  Le pôle sociale (immigration , aide aux victimes, CSI, aide à la parentalité)
  •  Le pôle addictologie (CSAPA/CAARUD)

Le CAARUD de la Croix Rouge Française, est un dispositif uniquement mobile (pas d’accueil fixe) qui permet mieux répondre aux besoins du territoire. L’équipe est composée de 2 médiateurs, 1 éducatrice spécialisée, 1 infirmière, renforcée par 1 volontaire service civique. Seul CAARUD sur la Martinique, nous effectuons des maraudes par zone afin de couvrir l’ensemble du territoire du lundi au vendredi.
Dans un bus aménagé et un véhicule utilitaire nous effectuons principalement :
– RDRd
– TROD
– Accès aux droits
– Accès aux soins

Comment l’activité de l’association ont-elles été modifiées depuis le mois de mars ?

Durant cette période de confinement, nous avons continué notre activité dans le respect des règles préconisées.
Nous avons renforcé notre présence sur le territoire en adaptant notre fonctionnement : 2 maraudes par zone chaque semaine.
Nous avons sensibilisé toutes les personnes errantes que nous rencontrions sur l’évolution de la crise sanitaire, qu’est ce le COVID les geste barrières, le couvre-feu, le confinement, etc.
Au besoin nous les orientons sur les dispositifs spécifiques mise en place pour les personnes en errance.
Nous avons dû adapté nos pratiques professionnelles , notamment pour la distribution de collation et des colis alimentaires, les entretiens individuels et les soins prodigués par l’IDE .

Avez-vous mis en place des actions nouvelles ou révisées durant la crise ?

Comme préconisé par les instances, nous avons arrêté le TROD. L’accès aux droits et aux soins s’est poursuivi avec un protocole spécifique COVID.
Nous avons été sollicité par la DJSCS dans le cadre des chèques services. Il s’agit de proposer une solution alimentaire aux personnes exclues des dispositifs de droit commun et n’ayant pas accès au réseau d’aide alimentaire classique. Avec l’aide des bénévoles de la Croix-Rouge nous avons mis en place une maraude spécifique pour la délivrance des colis alimentaire pour ces personnes.

Quelle a été la réponse des partenaires ?

Nous avons une bonne collaboration avec les autres acteurs intervenant auprès de ce public. Nous avons notamment travaillé de concert avec le SAMU SOCIAL sur une organisation efficace de la distribution des colis alimentaires via les chèques services et le repérage des personnes pouvant présentées des symptôme COVID, pour une prise en charge adaptée.

Que retiendrez-vous de ce mode de fonctionnement ?

L’efficacité et la cohérence dans le cadre du travail en réseau et en partenariat.
Une réponse rapide et adaptée du CAARUD qui s’est étendue à toutes les personnes en errance sur le territoire.