Communiqué de presse – Un trafic de plus en plus violent

publié le  |  Imprimer

La publication des chiffres de l’Office national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), ainsi que de récents et tragiques fait divers, montrent les limites des politiques conduites en matière d’addiction. En voulant essentiellement limiter l’offre de produits et privilégier la pénalisation, elles ont délaissé l’action sur la demande, sur ce qui rend attractif le produit et son usage, à la croisée des effets d’une crise économique durable et d’une évolution sociétale déstabilisants les repères éducatifs.

Loin de diminuer, le trafic et ses conséquences se sont renforcés. Aux répercussions des usages s’ajoute de plus en plus souvent une violence qu’illustrent les successions de règlements de compte, tandis que se déplacent vers l’auto-production ou l’achat par Internet, encore plus difficiles à contrôler, ceux qui veulent éviter cette violence et qui ne peuvent encore arrêter de consommer. Les chiffres de la consommation de tabac sont eux aussi en augmentation significative, sans compter la persistance d’un taux important d’alcoolisation des jeunes.

Ces difficultés majeures, et quelques saisies en plus ou en moins qui n’y changeront rien, doivent amener à repenser l’action publique. Celle-ci devrait retrouver un meilleur équilibre entre la sanction, l’effort de limitation de l’offre, mais aussi et surtout un vrai travail d’éducation préventive et de prise en compte des besoins des populations concernées, complétés par une offre de réponses diversifiées et graduées.

Il est temps de prendre la mesure de ces enjeux fondamentaux.

Lire le rapport annuel de l’ONDRP


La Fédération Addiction est issue de la fusion entre l’Anitea (Association Nationale des Intervenants en Toxicomanie et Addictologie) et la F3A (Fédération des Acteurs de l’Alcoologie et de l’Addictologie)