Communiqué de presse sur la toxicité hépatique de l’alcool

publié le  |  Imprimer

Nous ne serions pas tous égaux face aux atteintes hépatiques de l’alcool. Ce sont les conclusions des travaux des scientifiques et des médecins de l’Université Paris-Sud, l’Inserm, l’AP- HP (hôpital Antoine-Béclère), l’INRA, AgroParitech et Aix-Marseille Université. 

En effet, « à consommation d’alcool équivalente en quantité et en durée, seuls certains buveurs excessifs vont développer une maladie du foie. Cette inégalité du risque devant la toxicité de l’alcool signifie que d’autres facteurs influencent le déclenchement et la progression des lésions du foie. Le microbiote intestinal représente l’ensemble des bactéries présentes dans notre tube digestif. Ces bactéries exercent de nombreuses fonctions métaboliques ». Les scientifiques et médecins ont mené leurs travaux sur le rôle possible que pouvait jouer le microbiote intestinal dans l’inégalité vis-à-vis de la toxicité de l’alcool sur le foie. »

Contact presse Université : cecile.perol@u-psud.fr