CJC : diffusion d’un modèle de convention avec les établissements scolaires par la Direction Générale de la Santé

publié le  |  Imprimer

En France, les niveaux de consommation et d’expérimentation de substances psychoactives chez les jeunes restent élevés[1], et leurs effets négatifs sont toujours prégnants dans cette population. Pour agir sur cette situation, la stratégie d’Intervention Précoce (IP) est une réponse à privilégier.

Les pouvoirs publics ont confié aux Consultations Jeunes consommateurs (CJC) le déploiement de cette stratégie sur les territoires, stratégie qui doit s’accompagner d’un travail d’aller vers, de repérage précoce et d’orientation des jeunes en difficulté vers ses dispositifs. Ce travail suppose une étroite collaboration entre les CJC et les institutions accueillant ces publics, pour que l’ensemble des acteurs agissent de façon cohérente. Des pratiques nombreuses et hétérogènes existent sur le territoires, avec plus de 10 000 établissements scolaires.

👉 Pour y aider, la Direction Générale de la Santé (DGS) vient de diffuser à l’ensemble des ARS un modèle de convention entre CJC et établissements scolaires à l’usage des 540 structures et/ou point d’accueil CJC sur le territoire.

Ce modèle de convention s’accompagne d’une note d’information qui revient sur la nécessité de systématiser ces partenariats, pour des consultations qui doivent aller vers leur public jeune et apporter des ressources aux adultes qui les entourent pour éviter les conséquences négatives liées à l’expérimentation des susbtances psychoactives à l’adolescence.

[1] OFDT, Tendances, 2019.