Circulaire budgétaire des établissements médico-sociaux en addictologie

publié le  |  Imprimer

La circulaire budgétaire 2014 pour les établissements et services médico-sociaux accueillant des personnes confrontées à des difficultés spécifiques vient de paraitre. La Fédération Addiction regrette cette parution tardive qui ne facilite pas le travail de planification budgétaire des établissements concernés.

Le taux de reconduction global s’élève à 1% (1,1% pour la masse salariale et 0,55% pour l’effet prix) contre 1,4% en 2013.

Pour 2014, l’enveloppe des mesures nouvelles s’élève 2,8 M€ contre 4,54 M€ en 2013. Elle se répartie comme suit :
* 0.5 M€ destinés à mettre à disposition des usagers de CSAPA, une amorce de traitement par substitution nicotinique, en lien avec la mesure annoncée dans le Programme national de réduction du tabagisme 2014-2019 ;
* 0.801 M€ destinés au déploiement de 20 antennes, 20 consultations avancées de CSAPA et 13 dispositifs mobiles de CAARUD afin d’améliorer le maillage territorial ;

La circulaire reprécise la définition  d’antenne, de consultations avancées en CSAPA et d’équipe mobile de CAARUD. Elle fixe  ainsi également le budget annuel valorisable pour chacune d’elles.
* 0,325 M€ destinés au développement de 3 dispositifs de soins résidentiels accueillant des femmes avec enfants et d’une équipe de repérage et de prise en charge précoce parents/enfants ;
* 0,1 M€ destinés à la mise à disposition de TROD VIH. Cette mesure ne concerne que les  CAARUD ;
* 0.898 M€ destinés à soutenir l’évolution des missions des CSAPA en particulier la mission de structure pivot de proximité dans la prise en charge et la prévention des addictions. Il est attendu de cette mesure, un renforcement du maillage territorial notamment par le développement des consultations jeunes consommateurs (CJC) ;
* 0.357 M€ destinés à l’achat de bandelettes urinaires permettant l’initiation et le suivi des traitements de substitution aux opiacés (TSO).

La circulaire apporte également un point de vigilance quant aux modifications des dispositions relatives au temps partiel apportées par la loi de sécurisation de l’emploi.