Boisson énergisante, boisson reconstituante, qui trompe qui?

publié le  |  Imprimer

Paris, le 2 juillet 2012

Des questions se multiplient sur les risques spécifiques des boissons énergisantes. Les recherches demandées à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé par la Ministre de la Santé aideront à préciser nos réponses.
Mais dès aujourd’hui, laisser s’accentuer la confusion entre boisson énergisante et boisson reconstituante ne paraît pas très cohérent. Si l’une apporte au sportif les compléments naturels dépensés dans l’intensité de l’effort, l’autre apporte un supplément « d’énergie », c’est à dire une stimulation supplémentaire qui retarde le message naturel, celui qui annonce la fatigue, qui peut aider à limiter un effort, à modérer un usage d’alcool.
La Fédération Addiction réclame une politique d’éducation préventive et de réduction des risques adaptée à la société addictogène qui est la nôtre. Elle nécessite une clarification des attitudes des adultes et de leurs messages : récemment, une marque de boisson énergisante distribuait ses échantillons à la sortie d’un collège alors que la police y menait une action sur le cannabis ; les organisateurs de courses d’athlétisme continuent de distribuer cette boisson aux coureurs participant de cette confusion entre énergisant et reconstituant au nom d’une maximalisation des sensations !
Les maires et les élus qui se mobilisent pour réduire les risques des alcoolisations aigües, le ministère de la Santé et l’Intérieur qui s’engagent pour limiter les effets des pratiques addictives, celui de la Jeunesse et des Sports qui veut combattre le dopage, doivent agir pour que chacun soit invité à cette cohérence des réponses.

Contacts presse
Jean-Pierre Couteron, Président de la Fédération Addiction
Nathalie LATOUR – Déléguée Générale
Tél. : 01 43 43 72 38 – 06.12.21.07.25
Email : infos@federationaddiction.fr