CJC en CFA

Type(s) d'action:

Type(s) de milieu/de partenaire:

Public(s) visé(s):

Début du partenariat:

06 Jan 2014

Principaux partenaires de l'action :

5 CFA dans le département de la Haute-Garonne, qui sont les 5 CFA les plus importants de la Région Midi-Pyrénées.

Ces CFA forment des jeunes sur les métiers de l’artisanat (boulangerie, pâtisserie, boucherie…), des transports et de la logistique, de l’hôtellerie restauration, bars-Brasseries, et industrie.

Ces CFA ont été ciblés par leur importance et les métiers exercés.

Les interlocuteurs sont les Directions des CFA et les conseillers d’éducation.

Le partenariat implique aussi les organisations professionnelles ou organismes consulaires qui représentent chaque filière métier : chambre des métiers, CAPEB, AFT IFTIM…

Objectifs du partenariat :

Mettre en oeuvre des CJC avancées dans 5 CFA car ceux-ci :

– ne disposent pas de personnels ou de services de santé et du social
– connaissent une prévalence des niveaux d’usages réguliers de substances psychoactives
– connaissent une sur-implication des jeunes apprentis dans les accidents de la route

Parallèlement, les jeunes ont trois fois plus d’accidents du travail.

Le partenariat a pour but d’articuler des actions de prévention que nous menons auprès des jeunes apprentis en CFA avec une intervention précoce in situ. Pour la première fois, une consultation sera proposée une fois par mois dans chaque CFA, CJC effectuée par une psychologue.
Cette action s’articule avec le monde du travail.

Étapes de mise en place du partenariat :

1) La mise en place d’actions de prévention en CFA.
Conception et mise en œuvre d’actions de prévention des conduites à risques et des usages de substances psychoactives ciblées en direction des jeunes en CFA.

2) Évaluation et perception des besoins en termes de consultations avancées.
Malgré l’information sur des consultations déjà existantes, les jeunes n’y allaient pas. Il s’agissait d’aller vers ces apprentis, au plus près, c’est à dire dans les CFA.

3) Les CFA ne disposent pas de personnels de santé et du social.
Le médecin du travail est « loin » avec une position ambiguë car il délivre les aptitudes et donc représente un frein pour parler des consommations et des difficultés personnelles.

4) Proposition de CJC avancées aux CFA (Directions + Conseillers d’éducation).

5) Présentation aux Conseils de perfectionnement des CFA pour accord.

6) Proposition d’une convention.

7) Validation par les conseils d’administration des CFA.

Description complète de l'action :

Il s’agit de mettre en œuvre une CJC avancée dans 5 CFA, une demi-journée, une fois par mois.
La CJC se déroule dans un lieu dédié, à l’écart des bureaux administratifs de l’établissement.
Une communication spécifique a été pensée et réalisée afin de favoriser l’appropriation de cette consultation par les jeunes, en évitant le terme même de consultation (terme médical).

Cette CJC avancée s’articule avec des interventions de prévention des conduites à risque et des usages de substances psychoactives (sur la route et au travail en particulier) :
– une intervention auprès des personnels (formateurs, enseignants, direction, CPE…)
– deux interventions participatives et interactives auprès des apprentis (repérage des influences psychosociales et construction de menus de changements de comportements pour réduire les risques) + évaluation par questionnaire (quantitatif et qualitatif)
– une sensibilisation des maîtres d’apprentissages et des entreprises par la conception d’une lettre d’information et de sensibilisation intégrée au Livret d’Apprentissage.

Ces interventions ont pour objectifs le développement des compétences psychosociales des jeunes, et la CJC avancée vient s’articuler en cohérence, en termes d’intervention précoce.

Retours sur expérience :

Freins : lever des représentations sur les consultations, sur les usages des jeunes, sur l’utilité pour les jeunes de parler de leurs consommations. Ce sont des freins culturels classiques concernant les usages de substances psychoactives des jeunes.

Leviers :

– La pédagogie et la communication pour être compréhensible par tous les interlocuteurs afin que chacun puisse comprendre par lui-même l’intérêt de ce projet de CJC avancée en CFA et de sa cohérence avec les actions de prévention.
– La communication (plan de communication) est aussi déterminant dans la manière de s’adresser aux jeunes sur cette CJC. Éviter le registre médical, et tenter de lever tout a priori moral ou de jugement, favoriser un registre positif et bénéfique de la CJC afin que les jeunes puissent s’approprier par eux-mêmes ce temps et ce lieu de parole.

Une évaluation de l'action a-t-elle eu lieu ou est-elle prévue ? Si oui, comment ?

Une évaluation est prévue dès maintenant. La psychologue qui effectue la consultation sera chargée de son évaluation (file active, typologie des demandes, des usages, des risques, des questions…).
Le questionnaire national INPES/Fédération Addiction sera utilisé.
Parallèlement, une évaluation avec les CFA sera effectuée sur la place de la CJC dans chaque CFA et son appropriation par les jeunes.

Existence d'une convention signée ou de toute autre formalisation : Oui

Financement (autre que ONDAM):

ARS Midi-Pyrénées

Qui contacter pour en savoir plus ?



Qui porte l'action ?

Association Clémence Isaure

Type d'établissement :


Contact :

Adresse :

42, rue des Champs Elysées - 31500 TOULOUSE   

Région :


tel05 61 61 65 50